BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 23/11/2016
Plan cancer : aspect social

Garantir à chaque patient
un parcours de soins
personnalisé et efficace

Mesure 18 : Personnaliser la prise en charge des malades et renforcer le rôle du médecin traitant.

Coordonner les parcours de soins des malades pendant la phase active du traitement grâce à des coordonnateurs de soins.

Conforter la fonction de proximité du médecin traitant pendant la phase thérapeutique aiguë et lors de la période de surveillance.

Partager les données médicales entre professionnels de santé (rôle du dossier communiquant commun)

Mesure 19 : Renforcer la qualité des prises en charge pour tous les malades atteints de cancer.

Généraliser l’accès aux mesures transversales lancées par le Plan cancer précédent, améliorant la qualité de toute prise en charge en cancérologie.

Conforter le financement des mesures qualité.

Accompagner la mise en place des critères d’agrément et des décrets d’autorisation du cancer et clarifier le positionnement et le rôle des organisations existantes.

Mener une étude sur les délais de prise en charge dans plusieurs régions.

Rendre accessible aux patients une information de référence  sur les cancers afin d’en faire des acteurs du système de soins.

Mesure 20 : Soutenir la spécialité d’anatomopathologie.

Soutenir l’activité d’anatomopathologie en renforçant les équipes et en valorisant la discipline au regard de l’évolution actuelle des pratiques.

Accompagner la nécessaire adaptation de l’anatomocytopathologie aux évolutions technologiques et scientifiques.

Soutenir la démarche qualité au sein de la profession d’anatomocytopathologie.

Mesure 21 : Garantir un égal accès aux traitements et aux innovations.

Faciliter l’accès aux traitements par molécules innovantes.

Développer les plateformes de génétique moléculaire des cancers et l’accès aux tests moléculaires.

Faciliter l’accès aux techniques chirurgicales et instrumentales, complexes et innovantes en particulier.

Faciliter l’accès au diagnostic et à la surveillance des cancers via l’imagerie et les TEP.

Promouvoir au niveau des pôles régionaux de cancérologie des actions nouvelles et émergentes.

Mesure 22 : Soutenir la radiothérapie.

Soutenir la qualité et la sécurité des pratiques dans les centres de radiothérapie autorisés.

Renforcer les moyens humains dans les centres de radiothérapie (radiothérapeute, physicien, manipulateur, qualiticien).

Actualiser les recommandations de bonnes pratiques concernant les techniques de traitement en radiothérapie et leurs indications.

Mesure 23 : Développer des prises en charge spécifiques pour les personnes atteintes de cancers rares ou porteuses de prédispositions génétiques ainsi que pour les personnes âgées, les enfants et les adolescents.

Labelliser les centres de référence pour les cancers rares.

Favoriser la constitution de bases de données clinico-biologiques (enquêtes transversales répétées avec volet de bio-surveillance).

Suivre les personnes à risque génétique.

Améliorer la prise en charge des personnes âgées atteintes de cancer.

Améliorer la prise en charge des enfants atteints de cancer et lancer un programme d’actions spécifiques vis-à-vis des adolescents atteints de cancer.

Mesure 24 : Répondre aux défis démographiques des professions et former à de nouvelles compétences.

Former plus de médecins pour la cancérologie (+ 20%)

Accompagner l’évolution des modes de pratiques.

Développer les formations universitaires permettant l’accès à trois nouvelles compétences en cancérologie : coordonnateurs de soins, dosimétristes et techniciens d’anatomocytopathologie.