BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 19/05/2010
Syndromes cave supérieure

Les métastases cérébrales sont une évolution habituelle d'un certain nombre de cancers : notamment le cancer du poumon, du rein, du sein et du colon. D'autres localisations primitives peuvent donner maintenant des métastases cérébrales, parce que leur évolution naturelle a été modifiée par les thérapeutiques. Il peut également s'agir de tumeurs cérébrales primitives.

Diagnostic du syndrome d'hypertension intracrânienne

Il faut savoir évoquer le diagnostic devant des petits signes.

Classiquement, on retrouve :

des céphalées,

classiquement matinales, s'aggravant progressivement, accentués par les efforts, les changements de position, le bruit, la lumière, il n'est pas rare qu'elles soient plus banales dans leur caractéristiques. La description des malades les compares à un broiement un éclatement du crâne. Elles sont souvent peu calmées par les antalgiques habituels.

des vomissements

Là aussi, classiquement, ils sont matinaux, déclenchés par les mouvements, sans relation avec l'alimentation, typiquement en jet. Ils sont très souvent remplacés par des nausées ou une impression d'indisposition.

des troubles de la vigilance

ils peuvent apparaître comme des troubles psychiques : lenteur d'idéation, indifférence, torpeur voire coma.

des troubles neurologiques variés

le plus classique est la diplopie ou la vision floue (qui peut ne pas être constante dans son intensité), la survenue de crise épileptique généralisée ou partielle, un déficit neurologique

une bradycardie

Le diagnostic va se faire par le scanner cérébral ou l'IRM (avec ou sans injection de produit de contraste). Cet examen retrouve la tumeur (les tumeurs) avec la prise de contraste périphérique, la zone centrale moins irriguée et l'oedème cérébral majeur entourant la tumeur.

(Voir les images de métastase cérébrale en IRM, de tumeur primitive en IRM).

Selon le contexte clinique, on retrouvera la tumeur primitive ou bien on sera amené à faire une biopsie stéréotaxique (tumeur primitive ou secondaire révélatrice de la tumeur primitive).

Traitement symptomatique

On utilisera les traitement anti-oedémateux à notre disposition :

Corticothérapie : action prédominant sur l'oedème péri-tumoral, à dose élevée de charge qu'on diminue ensuite, mais qui sera poursuivie en cas d'irradiation

Mannitol (5 à 10 g par kg en IV) à répéter souvent, car il existe un effet rebond

Furosémide : si besoin

Traitement antiépileptique : de façon systématique en cas d'intervention chirurgicale, mais surtout en cas de crises convulsive (par exemple, acide valproique - Dépakine ou carbamazépine - Tegrétol).

Traitements étiologiques

Ils varient suivant la cause

La chirurgie (neuro-chirurgie)

Elle est souvent proposée lors des tumeurs primitives après préparation du patient et permet le plus souvent une amélioration spectaculaire de la symptomatologie. Cependant, le succès à plus long terme dépend de l'étiologie.

On peut associer un drainage ou une dérivation du LCR (notamment des ventricules).

La radiothérapie cérébrale

Elle est très souvent utilisée, soit très localisée (voire hyperlocalisée dans le cas de la radio-chirurgie en condition stéréotaxique) soit de façon symptomatique sur l'ensemble du crâne.

La chimiothérapie

Elle complète souvent ces traitements, mais n'a pas d'indication en urgence.