BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 12/02/2010
Syncopes et chutes

Syncopes

La syncope, ou perte soudaine de connaissance, est un phénomène très fréquent, même dans la population normale, et correspond le plus souvent à une dépression vasculaire aiguë en raison d'une réponse inadéquate du débit cardiaque.

Chez l'adulte âgé, ces syncopes peuvent avoir d'autres causes (notamment athérosclérose) et un pronostic plus réservé. On doit distinguer la syncope de la mort subite, l'épilepsie, le coma, l'intoxication ou l'hystérie.

Outre les causes banales habituelles de l'adulte, le malade cancéreux peut présenter des syncopes en raison d'une hypotension iatrogène (arrêt de corticoïdes, hypoglycémie, diurèse excessive, opiacés, anti-dépressifs ) ou en rapport avec une hémorragie, une bactériémie.

Chutes

Les chutes représentent une morbidité importante des patients cancéreux : on observe, en moyenne, près de 5 chutes pour 1.000 malades cancéreux hospitalisés par jour d'hospitalisation.

L'existence de lésions osseuses métastatiques ou d'une thrombopénie augmente les conséquences normalement bénignes des chutes. L'âge augmente le risque de chutes, or les patients cancéreux sont souvent âgés, peuvent avoir des troubles de la marche, prendre des sédatifs.

La meilleure thérapeutique est la prévention, mais la pose de barrières sur les lits des malades à risque aboutit à un isolement et à une régression supplémentaires pour le patient.

En cas de chute, il convient de rechercher toute complication, pour y remédier et également pour prévenir toutes les conséquences médico-légales. On devra rechercher la présence de fractures, d'hématomes ou d'hémorragies internes, de signes neurologiques, et au moindre doute pratiquer les examens complémentaires nécessaires : radiographie du bassin notamment.

La recherche de la cause d'une chute vise avant tout à prévenir une récidive : confusion, trouble cardiaque, médications inadéquates ou simple imprudence d'un malade n'ayant pas voulu déranger son entourage.

Compteur français