La méthylnaltrexone

Il s'agit d'une solution (limpide et incolore) pour pulvérisation nasale avec des flacons pulvérisateurs de 1,8 ml (10 doses).

L'effet analagésique est rapide, puissant, mais de courte durée.

Il ne doit être prescrit que chez des malades tolérants au traitement morphinique de fond, c'est-à-dire recevant au moins 60 mg de morphine orale ou 25 μg/h de fentanyl par voie transdermique.

Il existe plusieurs dosages possibles : de 50 μg, 100 µg et 200 μg.

Titration

Avant de déterminer la dose d'Instanyl™, la douleur de fond doit être contrôlée par un traitement opioïde chronique et les patients concernés ne doivent pas présenter plus de quatre accès douloureux paroxystiques par jour.

La posologie initiale doit être d'une dose de 50 µg dans une narine, avec augmentation, si nécessaire, conformément à la gamme de dosages disponibles (50, 100 et 200 µg).

Si une analgésie satisfaisante n'est pas obtenue, la même dose peut être réadministrée au plus tôt au bout de 10 minutes.

La dose suivante (au prochain accès douloureux paroxystique) utilise la posologie globale (exemple, 50 µg + 50 µg).

Chaque étape de la titration (chaque dose) doit être évaluée lors de plusieurs accès douloureux paroxystiques.

En règle générale, la dose d'entretien d'Instanyl™ doit être augmentée si le traitement de plusieurs accès douloureux paroxystiques consécutifs requiert plus d'une dose (une pulvérisation nasale) par accès.

Si le patient présente régulièrement plus de quatre accès douloureux paroxystiques par 24 heures, il peut être nécessaire d'ajuster la posologie du traitement opioïde de fond.

La posologie efficace d'Instanyl™ doit être déterminée individuellement pour chaque patient (titration), c'est-à-dire la dose produisant l'effet antalgique approprié avec un minimum d'effets indésirables.

Complications - Incidents

Si le patient présente des épisodes récurrents d'épistaxis ou de congestion au niveau du nez lors de l'administration d'Instanyl™, l'utilisation d'une autre voie d'administration pour le traitement des accès douloureux paroxystiques doit être envisagée.

Du fait du taux rapide de fentanyl dans le sang, on peut observer quelques réactions indésirables, notamment nausées, vomissements, céphalées, somnolence et étourdissements. Les cas de dépression respiratoire s'observent lorsque le traitement est prescrit chez des malades non traités par les morphiniques.

Compteur français