C'est le mot savant pour sécheresse buccale. C'est un symptôme très fréquent en soins palliatifs (près de la moitié des sujets en souffrent). Il n'y a pas de définition très précise (secrétion réduite de salive).

Symptomatologie

Chez les malades conscients, cette xérostomie aboutit au besoin de maintenir la bouche humide (boire, se rincer la bouche très fréquemment, y compris la nuit) et à la difficulté pour parler. On observe aussi une difficulté à avaler des aliments secs, une modification du goût, une sensation de brûlure de la langue, des fissures ou craquelures labiales.

Etiologie

Les principales causes de xérostomie sont :

la radiothérapie de la région cervicale (atteinte des parotides et des glandes sous-maxillaires), d'où l'intérêt potentiel des nouvelles formes de radiothérapie conformationnelle pour essayer de limiter l'irradiation des glandes salivaires principales,

les médicaments (notamment les anti-cholinergiques : anti-dépresseurs, anti-histaminiques, béta-bloquant, psychotrophes), d'autant plus que le sujet est âgé, prend beaucoup de médicaments et se trouve en institution,

la déshydratation générale, quelles qu'en soient les causes,

le défaut de mastication (alimentation purement liquide).

Complications

Une complication fréquente de la xérostomie est l'infection fungique ainsi que l'altération de la dentition.

Traitements

Différents traitements ont été proposés.

Traitement étiologique quand il est possible (exemple, modifications de la prescription médicamenteuse).

La salive artificielle a une composition très variée : eau glycérinée, méthylcellulose, eau citronnée.

On retiendra l'effet positif des brumisateurs chez les patients en très mauvais état général.

Compteur français