BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 11/02/2010
Deuils des soignants

Les soignants sont les acteurs d'un processus de deuil dès qu'ils s'impliquent de façon majeure dans l'accompagnement des patients. Ce processus de deuil est un moyen de défense : mais nous avons vu qu'il coûtait de l'énergie, et qu'à ce titre il peut venir déstabiliser un soignant.

Facteurs de risque

Un certain nombre de facteurs de risque sont à noter :

  • intimité et longueur des soins, (d'où le risque beaucoup plus important chez l'aide soignant ou l'infirmier),
  • la jeunesse des patients (processus d'identification important),
  • les sentiments d'auto-reproche (parce qu'une relation avec un malade ne peut toujours être parfaite),
  • la fatigue (la surcharge de travail qui ne permet pas les pauses nécessaires pour discuter entre soignants),
  • la répétition des deuils, (d'où la grande difficulté des services qui associent soins aigus et soins palliatifs),
  • les problèmes au travail,
  • les problèmes personnels (deuils personnels, difficultés familiales).

Pour le médecin

Il existe un risque majeur notamment pour ceux qui investissent complètement dans leur métier, n'ont pas une vie personnelle riche et satisfaisant ou n'ont aucune activité extérieure organisée (sport, musique, etc.). On note ainsi souvent :

  • un surinvestissement dans la technique, la chimiothérapie nouvelle,
  • une nécessite d'apprendre le 'care' quand le 'cure' n’est pas possible
  • et des risques d'oscillations entre insensibilité et euthanasie.

Burn-out

C'est l'expression habituelle de dépression des soignants. Nous en avons parlé au chapitre psychologie. (se servir des flèches du navigateur pour revenir à cette page).

Compteur français