BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 02/12/2010
Le deuil


Sous-chapitre n°13 : le deuil.


Pourquoi étudier le deuil ?

Il est important pour le soignant de connaître le déroulement d'un deuil, car il y est associé lorsqu'il soigne des mourants : la famille, les amis auront tous un comportement aigu de deuil. Mais, dans sa vie personnelle, comme tout être humain, il vivra des situations de deuil qu'il devra assumer tout en poursuivant sa tâche de soignant. En connaissant les réactions physiologiques normales du deuil, il pourra mieux affronter la réalité et demander conseil et soins si nécessaire.

Le deuil constitue un processus physiologique normal qui est fait d'un ensemble de réactions physiques, psychologiques, affectives et comportementales en rapport avec la disparition d’un être cher, mais éventuellement d'un animal, d'un objet, d'une tradition.

On peut comparer le deuil à la réaction physiologique constituée par le phénomène de cicatrisation d'une plaie.

Il existe un choc aigu lors de la production de la plaie : la douleur vient après le choc, et on observe souvent un étonnement, une négation de la réalité de la blessure.

Puis la plaie reste béante : on observe un saignement, une absence de réaction immédiate avec une douleur physique intense survenant par accès.

Puis survient la phase de cicatrisation : un sparadrap est mis en place, la cicatrisation commence, mais la plaie peut saigner si elle est irritée. On aboutit à une cicatrice de première intention.

Enfin, survient une phase de réadaptation avec un assouplissement de la cicatrice, puis une quasi-disparition de la plaie. Souvent, et notamment quand le sujet devient plus âgé, persistent des douleurs séquellaires.

Nous étudierons rapidement :

les étapes du deuil,

puis l'élaboration psychique autour du deuil,

quelques deuils pathologiques ou mal exprimés,

et nous tirerons quelques conséquences pour le deuil des soignants.

 

Ceci constitue le dernier chapitre sur les soins palliatifs
 
 

Le chapitre précédent s'intéressait aux différents rites. (Sous-chapitre 12)
 
 
Compteur français