BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 11/02/2010
Les symptômes digestifs terminaux

La dysphagie et les traitements oraux

La plupart des mourants ont de grandes difficultés à avaler. Tant qu 'ils peuvent boire en toute sécurité, il convient de les aider (boire à la pipette, au compte goutte). Mais, il faut rester prudent et arrêter de faire boire quand le patient tousse de façon prononcée. Parfois, une légère stimulation affectueuse permet de les faire boire encore quelque temps, car ils ont souvent soif et la langue desséchée.

Puis quand ils deviennent inconscients, il convient de passer toutes les médications (tout au moins celles qui sont indispensables au confort du malade) sous forme injectable. Certains médicaments peuvent être arrêtés sans problème majeur.

On ne saurait trop recommander de ne pas enlever trop rapidement les sites veineux des malades dont le devenir est incertain, car ce sont des outils de confort incomparables en période terminale.

Même si parfois cela peut paraître un acharnement thérapeutique, l'utilisation de seringues électriques peut être intéressantes en hospitalisation pour éviter des problèmes d' incompatibilité des solvants et permettre une administration très régulière de produits différents (morphiniques, notamment).

Nausées et vomissements

Ils doivent être traités comme à la phase pré-agonique.

Cependant, lorsqu'existe une occlusion terminale, il pourrait être intéressant d'utiliser l'octréotide (Sandostatine™)qui réduit considérablement les secrétions digestives.

Si ce médicament n'est pas autorisé (comme en France dans cette indication), on peut essayer le butylbromide d'hyoscine ou poser une sonde nasogastrique (éventuellement de façon intermittente).

La sudation et la sécheresse buccale

Le patient va transpirer abondamment pendant son agonie. Cette sudation est épuisante, oblige à changer souvent les draps ou à essuyer le front, le corps.

Cette sudation entraîne une deshydratation d'autant plus importante et mal tolérée que le mourant respire le plus souvent bouche ouverte. Faire boire, humecter la bouche avec des compresses, nettoyer doucement les dents pour changer l'haleine sont autant de petits moyens pour soulager le mourant et lui faire comprendre notre présence.

Compteur français