BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 10/02/2010
Traitement des lésions cutanées

En phase terminale (mais parfois bien avant malheureusement), on observe des lésions cutanées importantes, plus ou moins creusantes, soit au niveau des cicatrices, soit au niveau d'une efflorescence tumorale. Ces lésions sont souvent douloureuses, malodorantes, suintantes ; elles nécessitent des traitements répétés, parfois difficiles à effectuer par les soignants ; elles peuvent constituer une barrière entre le malade et sa famille.

Les pansements

Les pansements constituent un temps important du traitement. Parfois, ils sont très douloureux pour le patient et doivent faire pratiquer une sédation préalable (par exemple : une injection sous-cutanée de morphine).

Il convient tout d'abord de nettoyer la plaie (éventuellement une infection doit être traitée par voie générale) et permettre l'évacuation de toute exsudation importante.

Le pansement ne doit pas adhérer à la plaie (nombreux pansements dits 'gras' ou 'humides'), mais doit permettre une certaine humidification de la plaie pour permettre une cicatrisation. Il doit permettre également une bonne oxygénation et être imperméable aux bactéries.

Enfin, un pansement doit être aussi confortable que possible.

Le combat contre les mauvaises odeurs

Elles sont ressenties par le malade comme profondément déshonorantes et l'isolent de son entourage. Parfois, l'intensité est telle que même le personnel soignant a du mal à cacher son dégoût. On imagine la répercussion psychologique pour le malade.

Celles-ci peuvent être dues à une surinfection : un traitement par des gels de metronidazole (Flagyl™) est souvent indiqué.

Parfois, cela ne suffit pas, et on utilise des pansements à base de charbon.

Certains traitent aussi les plaies malodorantes par du sucre localement.

Le traitement des fistules

Elles constituent aussi une importante source d'auto-dénigrement par le malade.

En outre, il existe souvent une souffrance physique importante autour de la fistule (altération cutanée).

cf. page concernant les fistules urinaires et digestives (retour à cette feuille par les outils du navigateur).

Compteur français