BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 01/01/2017
Incontinence urinaire

Il existe plusieurs formes d'incontinence en situation palliative. Un avis urologique peut souvent être utile.

Incontinence totale

Il s'agit d'une incompétence complète du sphincter. Trois causes principales sont observées

atteinte tumorale,

acte chirurgical,

atteinte neurologique au niveau de la moelle ou des nerfs périphériques

Un examen endoscopique ou une exploration urodynamique sont assez rarement nécessaires en situation palliative.

Le traitement consiste dans la pose d'une sonde urinaire chez la femme, d'un étui pénien ou d'une pince à verge chez l'homme et si besoin d'une sonde urinaire.

La pose d'un sphincter artificiel requiert généralement des interventions complexes et une rééducation pelvienne qui sont hors de propos en situation palliative.

Incontinence par débordement

Il s'agit en fait d'une fausse incontinence par rétention d'urine. La vessie est pleine (cf. feuille suivante).

Mictions impérieuses

Il s'agit d'un déséquilibre entre le muscle détrusor trop actif pour un tonus sphinctérien trop faible. Le besoin est tellement urgent que le patient ne peut se retenir. Le patient allongé et fatigué ne peut se lever et atteindre les toilettes à temps.

La cause (en situation palliative cancérologique) peut en être :

la tumeur au niveau du trigone (ou proche : par exemple certaines tumeurs du col),

des modifications inflammatoires en rapport avec une irradiation, une irritation vésicale (post-chimiothérapie), une infection.

On essaie de traiter ces incontinences en réduisant le tonus du muscle detrusor par des médicaments anti-cholinergiques comme l'oxybutynine (Ditropan™).

Incontinence de stress

Elle est rarement rencontrée en situation palliative. Il s'agit de mictions peu importantes à la toux, à l'éternuement, en se levant, en sautant, en marchant, à l'effort.

Le traitement consiste en la prescription de flavoxate (Urispas™) , de trospium (Ceris™), de toltérodine (Détrusitol™) ou éventuellement d'anti-dépresseur tricyclique, comme l'imipramine (Tofranil™) à doses filées.

Compteur français