BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 10/02/2010
Dyspepsie

On peut définir la dyspepsie comme un inconfort post-prandial ou une douleur de l'abdomen dans sa partie supérieure (on peut appeler aussi simplement une mauvaise digestion ou mal au foie). C'est une pathologie bien commune pouvant toucher jusqu'à 40% de la population.

Principaux symptômes de dyspepsie

Un certain nombre de faits cliniques sont observés :

douleur épigastrique post-prandiale,

un inconfort épigastrique général, n'atteignant pas le niveau de la douleur,

une rapide satiété (éventuellement le malade déclare avoir faim et s'arrête au bout de quelques bouchées),

une impression de ballonnement, de poids, d'être rempli, en période post-prandiale,

une impression de digestion incomplète, comme si les aliments étaient toujours dans l'estomac au bout de quelques heures,

une acidité épigastrique,

des éructations fréquentes et prolongées, un hoquet,

des nausées, des haut-le-coeur, des vomissements.

Classification simple des dyspepsies

De façon simpliste, on peut décrire cinq types de dyspepsie :

les dyspepsies par 'petits estomacs' : le patient a faim, mais est vite rassasié ; il ressent une impression de plénitude (ou de poids) gastrique post-prandiale

les dyspepsies borboriques : ballonement post-prandial important, éructations fréquentes, déglutitions d'air fréquentes, augmentées par l'anxiété,

les dyspepsies par reflux gastro-oesophagien : brûlure rétro-sternale notamment lorsque le patient se penche en avant, qu'il a mangé plus que de coutume, quand il se repose à plat,

les dyspepsies par ulcérations gastriques, ou ulcères (notamment la douleur épigastrique qui réveille la nuit), soulagée par l'alimentation et très bien localisée,

les dyspepsies par troubles de la motilité intestinale : distension abdominale, satiété rapide, 'poids' ou plénitude gastrique, intolérances alimentaires multiples, douleur diffuse, nausées fréquentes, pouvant s'associer à un syndrome d'intestin irritable.

Les causes des dyspepsies

Les causes peuvent être répartis en 4 grands chapitres :

les dyspepsies dues au cancer lui-même (tumeur gastrique, ascite massive, neuropathie paranéoplasique),

les dyspepsies en rapport avec l'atteinte de l'état général habituel dans le cancers (candidose, diminution des apports, anxiété),

les dyspepsies en rapport avec le traitement (chirurgie abdominale, radiothérapie notamment dans le volume abdominal, chimiothérapie, morphiniques, autres traitements ),

les dyspepsies pré-existantes associées.

Le traitement des dyspepsies

Il dépend de la cause.

On se souviendra qu'à la maison, le patient prend souvent une auto-médication qui n'est pas toujours connue du médecin et peut interférer avec l'alimentation (exemple : aspirine, 'Alka-Seltzer™).

Des conseils diététiques sont nécessaires pour permettre une alimentation plus variée.

Les 'petits estomacs' sont traités par des repas plus fréquents et moins abondants.

Certains médicaments doivent être modifiés (notamment les anti-inflammatoires), mais pas obligatoirement supprimés.

En cas d'acidité, on peut prescrire un traitement anti-acide tel la ranitidine (Azantac™, Reniplex™), un antagoniste des récepteurs H-2, mais on évitera les inhibiteurs de la pompe à proton en situation palliative en raison de leur effet prolongé.

En cas de borborisme, on prescrira un réducteur des gaz à base de siméthicone (Météoxane™, Carbosylane™, Polysylane™).

Les dyspepsies par trouble de la motilité peuvent être traitées par un médicament pro-kinétique comme la métoclopramide (Primpéran™), la dompéridone(Motilium™, Peridys™), la cisapride(Prepulsid™).

Compteur français