BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 20/07/2010
Douleurs neurogènes

L'analgésie locorégionale comprend :

      • l'analgésie spinale
      • l'analgésie périphérique périneuronale

Analgésie spinale

On sait qu'il existe des récepteurs opioïdes localisés dans la corne postérieure de la moelle.

L'administration de morphinique est très efficace. La morphine est très hydrophile, permettant une diffusion dans le LCR et une efficacité sur les récepteurs opioïdes spinaux et supra-spinaux et un durée d'action prolongée.

On considère que la voie péri-durale doit être dosée à 1/10 de la voie intra-veineuse et qaue la voie intra-thécale doit être dosée à 1/100.

On peut y associer des anesthésiques locaux (lidocaïne, bupivacaïne et ropivacaïne) à faibles concentrations pour éviter le bloc moteur trop important. Ils renforcent l'effet antalgique de la morphine.

L'administration est faite

  • soit dans l'espace péridural (extradural) entre la dure-mère et le ligament jaune vertébral,
  • soit en intrathécal, dans le liquide céphalorachidien.

Les antalgiques sont administrés par un cathéter tunnelisé sous la peau et relié à un réservoir rechargeable sous-cutané, pour une infusion continue et fractionnée.

En voie péridurale, on redoute un déplacement du cathéter ou la survenue d'un granulome inflammatoire à l'extrémité du cathéter. En outre, l'analgésie est souvent 'suspendue' au niveau de la zone d'insertion. C'est une bonne solution en phase terminale.

En voie intrathécale, il convient d'être très prudent lors de la pose, mais l'analgésie est plus diffuse pour une utilisation de morphine plus restreinte. On peut ainsi utiliser une pompe implantée.

Analgésie périneuronale

L'analgésie par blocs nerveux périphériques est utilisée en chirurgie orthopédique. Le répérage du nerf est effectué selon le site à traiter soit par repérage anatomique soit sous échographie, parfois couplée à la neurostimulation.

En pathologie cancéreuse, on utilise souvent des perfusions continues via un cathéter périnerveux, avec des bolus contrôlés par le patient. Le débit continu assure une efficacité permanente notamment la nuit.

La ropivacaïne, à la dose de 2 mg/ml, est souvent utilisée pour sa longue durée d'action

Compteur français