BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 10 June 2011
Protocole de surveillance

Principes gnraux

Au total, l’ensemble des examens notre disposition pour la surveillance des malades cancreux doit tre ordonn dans une stratgie cohrente avec les possibilits thrapeutiques offertes par la dcouverte prcoce de rechutes locales ou mtastatiques.

Mme si la dtection des rcidives n’a pas d’influence sur la thrapeutique ultrieure, certains malades ont besoin, pour des raisons personnelles (situation professionnelle particulire de responsabilit, situation familiale, situation sociale, philosophie personnelle), d’tre au courant le plus vite possible de l’volution mme mauvaise de leur cancer.

C’est la discussion personnelle entre le mdecin et son malade qui permet au mdecin d’adapter la surveillance au mieux des intrts et des dsirs de son malade. Il n’y a pas de situation standard appliquer pour tout le monde.

En outre, il n’existe pas vritablement d’tudes scientifiques montrant l’efficacit de cette surveillance, ou permettant de proposer un rythme ‘idal’ de surveillance. On va donc souvent avoir recours des accords d’experts (cf. la rdaction des ‘Standards, Options et Recommandations’ de la Fdration des Centres) pour tablir un calendrier de surveillance et viter la multiplication d’examens inutiles, coteux et souvent pnibles pour le malade.

Exemples de calendrier 

Les exemples suivants ne sont pas prendre comme des vrits absolues, puisqu’il n’y a pas d’tudes montrant l’utilit de tel ou tel protocole de surveillance.

Ils sont issus des Standards Options et Recommandations de la Fdration Nationale des Centres de Lutte contre le Cancer, et clairement rsultent d’accords d’experts : il n’existe pas d’tudes cliniques randomises ayant permis de mettre en vidence un bnfice clair de la surveillance rapproche.

Cependant, certaines attitudes simples permettent, au cas par cas, d’amliorer la survie des patients grce une dcouverte plus prcoce des rcidives.

Beaucoup d’autres exemples de schmas de surveillance pourraient tre explicits.

Les rechutes d’intervalle

Le meilleur calendrier d’examens de surveillance ne permettra jamais d’viter la survenue de rechutes dont les manifestations cliniques vont survenir entre deux consultations de surveillance : c’est ce qu’on appelle les ‘rechutes d’intervalle’.

Les rechutes d’intervalle ne sont ni plus faciles ni plus difficiles soigner que celles dtectes par la surveillance systmatique.

Souvent, le malade s’imagine qu’on peut dtecter facilement une rcidive et que la consultation, avec ou sans les examens complmentaires, est une sorte d’assurance de non rechute. Ce n’est malheureusement pas le cas. Il convient donc d’tre prudent mais encourageant dans ses conclusions.

Compteur français