La méthylnaltrexone

Sous cette rubrique, nous regroupons les cancers du poumon et les cancers des voies aéro-digestives supérieures.

Il s'agit de personnes d'âge moyen (50 - 60 ans) avec des formes de plus en plus fréquentes touchant les personnes jeunes (tabagisme précoce scolaire).

Survie à 5 ans des tumeurs en rapport avec le tabac
cancer du poumon - différents cancers ORL
(survie observée à 5 ans)
1999-2007 Poumon Langue Cavité buccale Oro-pharynx Naso-pharynx Hypo-pharynx Larynx
Allemagne 17% 46% 48% 44% 52% 27% 60%
Danemark 10% 42% 43% 42% 49% - 57%
Espagne 13% 46% 44% 30% 55% 21% 60%
Estonie 6% 23% 34% - - 9% 49%
Finlande 13% 61% 55% 50% 59% 25% 61%
France 15% 37% 40% 33% 51% 24% 53%
Irlande 13% 50% 50% 37% 54% 20% 56%
Italie 13% 48% 49% 43% 49% 30% 69%
Pays Bas 17% 56% 56% 38% 55% 26% 69%
Pologne 9% 27% 39% 35% 33% 27% 53%
Suède 21% 53% 53% 50% 48% - 65%
Suisse 21% 43% 49% 36% 77% 29% 61%
U.K. 14% 50% 52% 46% 48% 25% 62%
               
Australie 20% - 75% - 60% - 65%
Canada 15% 27% 66% 43% - 33% 61%
USA 19% 65% 64% 16% 61% 33% 63%

Cancer du Poumon

Pour le cancer du poumon, il existe quelques différences entre pays, mais de toute façon les résultats sont particulièrement pauvres. Très peu de patients peuvent être opérés. Quelques patients bénéficient d'une radiothérapie très ciblée qui peuvent prendre tout le volume tumoral. La plupart ont déjà une atteinte avancée, avec métastases ganglionnaires, voire distales. (cf. classification de ces cancers).

Les nombreuses chimiothérapies, éventuellement très coûteuses, n'ont au mieux permis qu'une prolongation de la survie de quelques mois (une année ou deux au grand maximum pour certains cas favorables). Il va être intéressant d'évaluer, au niveau des statistiques d'une population, les résultats des traitements nouveaux de type immunothérapie, notamment les anti-PD1 ou les anti-EGFR.

Cancers ORL

Les différences de survie pour les cancers ORL traduisent peut-être un état général souvent plus affecté ou un stade plus avancé (en France par rapport aux autres pays). L'alcoolisme important qui accompagne nos cancers ORL, le tabagisme persistant se traduisent peut-être par un nombre plus important de seconde(s) localisation (s) ORL ou de pathologie alcoolique associée.

Il est possible que les différences de survie soient en rapport avec une hétérogénéité de la classification (ce biais a été observé pour un certain nombre d'études épidémiologiques de cancers ORL).

Les suites opératoires immédiates et la mauvaise tolérance de la chimiothérapie et de la radiothérapie entraînent un taux de décès important. Les auteurs de l'étude Eurocare ont étudié la survie des patients qui ont survécu la première année. Pour chacun des pays, on observe une augmentation importante de la survie chez ces patients qui ont supporté la première année (l'année des traitements). Ceci est bien entendu en rapport avec le mauvais état général des patients (alcoolisme, tabagisme, insuffisance respiratoire, etc.).

Cancers ORL - Tous cas réunis
Survie à 1 an, 5 ans et à 5 ans pour les
patients ayant survécu plus d'un an .
1999-2007 Survie à 1 an Survie relative à 5ans
(calcul habituel)
Survie conditionnelle après un an de survie
Allemagne 71% 43% 60%
Danemark 68% 40% 59%
Espagne 70% 38% 54%
Estonie 56% 25% 45%
Finlande 78% 54% 69%
France 67% 34% 50%
Irlande 67% 42% 63%
Italie 74% 44% 60%
Pays Bas 75% 49% 66%
Pologne 61% 32% 52%
Suède 74% 49% 66%
Suisse 76% 44% 60%
U.K. 70% 46% 66%

La médiocrité des résultats obtenus explique la nécessité d'une prévention active contre le tabagisme et l'alcoolisme. Si le fait d'augmenter régulièrement les taxes sur le tabac fait déjà baisser la consommation au niveau global de la population, un résultat sera déjà obtenu. Le respect des autres citoyens, à travers la restriction des zones où fumer est autorisé, constitue aussi une autre incitation à la modération dans la consommation. Enfin, la mise en place de consultations anti-tabac plus nombreuses et plus facilement accessibles, ainsi que la gratuité des produits de substitution (patch nicotinique) devraient encore améliorer la prévention.

Bibliographie

Head and neck cancers in Australia
Rapport de 2014

SEER Cancer Statistics Review
National Cancer Institute

Prognoses and improvement for head and neck cancers diagnosed in Europe in early 2000s : The EUROCARE population based study.
Gemma Gatta
Europ J Cancer 2015, 51, 2130 - 2143

 

Les pages à ouvrir suivantes concernent les résultats :

des tumeurs digestives,

des tumeurs gynécologiques,

des tumeurs urologiques.

Compteur français