La méthylnaltrexone

Résultats thérapeutiques observés en Europe et dans les pays industrialisés du monde

Ces résultats sont issus du travail réalisé, de façon internationale, par tous les registres regroupés dans le cadre du programme Concord.

Survie à 5 ans des tumeurs digestives
(survie observée)
2005-2009 Œsophage Estomac Colon Foie Pancréas Mélanome
Allemagne 17% 32% 62% 13% 8% 91%
Danemark 10% 15% 56% 5% 5% 89%
Espagne 13% 27% 61% 16% 7% 87%
Estonie 6% 24% 53% 6% 5% 75%
Finlande 13% 25% 63% 9% 7% 87%
France 15% 27% 64% 16% 9% 91%
Irlande 13% 22% 58% 12% 6% 87%
Italie 13% 31% 64% 20% 8% 86%
Pays Bas 17% 23% 61% 13% 6% 90%
Pologne 9% 20% 51% 11% 10% 67%
Russie 9% 20% 42% 5% 14% 63%
Suède 21% 31% 65% 13% 7% 92%
Suisse 21% 31% 65% 13% 7% 93%
U.K. 14% 19% 57% 5% 10% 89%
             
Australie 20% 30% 69% 13% 9% 92%
Canada 15% 27% 66% 19% 9% 89%
Japon 33% 58% 67% 29% 8% 68%
USA 19% 33% 66% 16% 9% 90%

Commentaires sur quelques résultats

Cancer de l'œsophage

Le pronostic des cancers de l'œsophage et de l'estomac sont encore très médiocres : les séries hospitalières sont optimistes et ne concernent que des populations sélectionnées.

Le nombre de cancers de l'œsophage (notamment les formes dites malpighiennes) diminue régulièrement probablement en rapport avec une diminution de la consommation des alcools forts (fameux Café-Calvados !). Cependant, on voit augmenter le nombre de adénocarcinomes du cardia pour lesquels on soupçonne des mécanismes de reflux, en rapport avec le surpoids qui s'aggrave dans notre population.

Au Japon, où l'incidence du cancer gastrique est très grande, une politique systématique de dépistage endoscopique a été mise en place permettant des taux de survie à 5 ans de 33% pour le cancer de l'œsophage (dépisté en lors des fibroscopies gastriques) et de 58% pour les cancers de l'estomac.

Cancer du Colon

Les différences entre pays suggèrent :

  • Des différences importantes dans le stade de diagnostic (possibilité de consulter rapidement des spécialistes),
  • L'intérêt pour sa santé variable d'un pays à l'autre, (utilisation des moyens de dépistage),
  • Des différences de moyens techniques utilisés,
  • Des différences de prise en charge thérapeutique (mortalité opératoire), comme en témoignent les différences observées à 1 an. La mortalité opératoire est aussi corrélée au stade de début de la maladie : un malade en occlusion ou avec une sténose surinfectée ne permettant pas une préparation colique correcte est évidemment plus facilement le sujet de complications post-opératoires (infection, retard à la reprise du transit, lachage des sutures, péritonite, etc..). A l'inverse, un malade opéré 'à froid' pour un petit cancer a de bien meilleures chances de suites opératoires simples.
  • En France (comme dans un certain nombre de pays européens), la politique de dépistage de ce cancer colique ne semble pas porter de fruits actuellement et reste encore un domaine de recherche.

Cancer du foie

Le cancer du foie a toujours un très mauvais pronostic. Dans notre pays, il est souvent en rapport avec une cirrhose, avec une augmentation du nombre de de stéato-hépatites métaboliques, avec un rôle probable du diabète. Il n'y a pas eu que de petites améliorations des résultats au cours des dernières années, en rapport avec le dépistage des petits carcinomes accessibles à un traitement local (résection, radiofréquence, cyber-knife, chimio-embolisation).

Cancer du pancréas

Le pronostic du cancer du pancréas reste toujours aussi sombre. Son diagnostic, à un stade précoce,est le plus souvent le fruit d'un hasard heureux. Le plus souvent, le cancer a déjà métastasé au foie. On a amélioré, de façon significative, la prise en charge palliative. Le cancer du pancréas fait l'objet de nombreuses recherches, avec quelques publications un peu plus optimistes, mais qui n'ont pas encore fait leur démonstration dans une étude de population.

Mélanome cutané

Les statistiques sur les populations ne permettent pas encore de juger de l'effet positif ou non de l'immunothérapie moderne (cf. chapitre immunothérapie) sur les formes métastatiques du mélanome. Pour l'instant, ce que l'on constate, c'est l'importance du dépistage précoce (sensibilité de la population à ce problème), une politique systématique de biopsie cutanée au moindre doute, et une chirurgie d'exérèse de bonne qualité.

Ainsi, l'Australie qui souffre d'une incidence très forte de ce type de cancer, obtient un taux de survie très important, en rapport avec une prise de conscience généralisée de la population (précautions vis-à-vis de l'exposition solaire pour les enfants, notamment).

Ces moyens simples permettent déjà une amélioration considérable du pronostic (cf. tableau ci-dessous).

Evolution des résultats thérapeutiques en France

Le tableau suivant, concernant la population française, permet d'évaluer les améliorations réalisées au cours des années passées.

Il est issu de la publication de l'Inca et d'une référence antérieure

 

Evolution de la survie à 5 ans en France
(survie nette)
2005-2009 Œsophage Estomac Colon Foie Pancréas Mélanome
1985 - 1988 9% 25% 62% 7% 7% 80%
1989 - 1993 10% 24% 56% 8% 7% 84%
1994 - 1998 11% 23% 61% 9% 6% 86%
1999 - 2004 13% 24% 53% 13% 8% 86%
2004 - 2009 14% 25% 63% 16% 9% 91%

Bibliographie

Public health surveillance of cancer survival in the United States and worldwide: The contribution of the CONCORD programme.
Allemani C, Coleman MP.
Cancer. 2017 Dec 15;123 Suppl 24:4977-4981.

Survie des personnes atteintes de cancer en France métropolitaine 1989-2013 (Février 2016)
Étude à partir des registres des cancers du réseau Francim
Partie 1 – Tumeurs solides
Publication par l'Institut National du Cancer

Survival of colorectal cancer patients in Europe during the period 1978–1989
G. Gatta and Eurocare Working Group
EJ Cancer 1998, 34, 14, 2176-2183

Survival of patients with oesophageal and gastric cancers in Europe
J. Faivre and Eurocare Working Group
E J Cancer 1998, 34, 14, 2167–2175

Survival of patients with primary liver cancer, pancreatic cancer and biliary tract cancer in Europe
. Faivre and Eurocare Working Group
E J Cancer 1998, 34, 14, 2184-2190

Improving survival of melanoma patients in Europe since 1978
A.ESmith and Eurocare Working Group
E J Cancer 1998, 34, 14, 2197-2203

Autres pages similaires

Les pages à ouvrir suivantes concernent les résultats :

des tumeurs gynécologiques,

des cancers liés au tabac,

des tumeurs urologiques.

Compteur français