La méthylnaltrexone

Le tableau suivant extrait d'un essai randomisé de deux chimiothérapies dans les cancers de la tête et du cou organisé par l'ECOG, publié par DeConti RC, Schoenfeld D.en 1988 et rapporté par Marvin .ZELEN, dans Cancer Medicine (4ème Edition, pp 423 et suivantes) à propos des cancers ORL.

Il montre que le nombre de facteurs pronostiques rend l'interprétation de l'effet du type de chimiothérapie très difficile.

Facteur pronostique

Nombre de malades

Survie moyenne
(en semaine)
Type de chimiothérapie

Méthotrexate
Méthotrexate + Ac folinique
Métho + Fol + Cyclo + AraC

81
80
78

22
19
14

Etat général
Ambulatoire
Alité

144
93

24
10

Perte de poids

Aucune
< 5%
5-10%
> 10%

90
61
39
34

24
14
14
16

Site tumoral

Langue
Larynx
Hypopharynx
Nasopharynx
Plancher buccal
Autre lésion buccale
Divers

45
42
19
33
30
16
34

21
21
17
14
16
9
22

Dans ce tableau, on pourrait croire que l'adjonction d'une chimiothérapie supplémentaire (cyclophosphamie et aracytine) est toxique. Mais on s'aperçoit que la survie des malades ambulatoires est double de celle des malades alités, que le facteur perte de poids (altération de l'état général) retentit énormément sur la survie avant tout autre traitement, enfin que les différentes localisation tumorales sont elles-mêmes source d'une hétérogénéité dans la survie.

On voit très clairement que d'autres facteurs que le traitement lui-même ont plus d'influence sur la survie (médiocre) observée. On remarquera qu'il n'y avait pas de bras témoin.

Ainsi, l'état général a une influence majeure : les malades alités ayant une survie deux fois moindre que les malades ambulatoires. La perte de poids (une autre façon d'évaluer l'état général) a également un rôle majeur.

Compteur français