BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 25 September 2010
Le deuil des soignants

La survenue de la mort d'un patient constitue pour chacun des soignants au minimum un deuil, au pire un échec narcissique important.

La deuxième éventualité nécessite que le soignant s'interroge sur sa fonction de soins et sur son impuissance à toujours guérir.

C'est souvent le cas des jeunes médecins ou des jeunes soignants, qui doivent faire un travail psychologique personnel sur leur propre condition mortelle et réajuster leur idéal de soin sur la mort prévisible de leurs malades.

Le deuil du soignant vis à vis du malade est par contre un phénomène fréquent. Il passe par tous les stades :

  • déni (on ne veut pas croire que le patient va déjà mourir, d'où la tendance à l'acharnement thérapeutique, d'où aussi la tendance à éviter la chambre pour ne pas avoir à parler du sujet avec le malade),
  • colère ou révolte (on se demande pourquoi le confrère a adressé si tard le patient, pourquoi on a fait tel traitement inefficace et douloureux pour rien),
  • tristesse (pleurs, découragement),
  • résignation (avec souvent des sentiments négatifs sur l'utilité des soins, sur l'impossibilité de guérir).

Les réactions peuvent aboutir à un dénigrement complet de sa fonction de soignant, à des rapports tendus entre soignants et au maximum au 'burn out' ou épuisement psychologique des soignants.

L'habitude de discuter du patient décédé à la réunion de service consécutive au décès, pour exprimer ses sentiments positifs ou négatifs vis à vis de la personne, mais aussi vis à vis de la façon dont se sont effectués les soins, est très importante, car elle permet d'avoir un rite de deuil.

Les soignants, comme tous les êtres humains, ont besoin d'un rite qui leur permette de savoir comment se comporter dans les situations difficiles ou inattendues et se reposer sur ce rite. La réunion de discussion après la mort d'un patient soigné depuis longtemps constitue un bon exutoire, de même que l'habitude de réaliser des 'petites fêtes' entre les membres de l'équipe à l'occasion des anniversaires ou des événements familiaux.

Compteur français