BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 25 September 2010
L'évolution de la famille

La mort d'un patient cancéreux touche toute la famille, et les soignants doivent incorporer la famille dans leur approche du patient, tout en sachant à la fois garder une distance de pudeur vis à vis des sentiments exprimés et une distance de protection vis à vis d'eux-mêmes.

La mort d'un père, d'une mère va profondément retentir sur la vie des enfants, surtout en bas âge, réveillant parfois des blessures ou des remords anciens.

Les intégrer dans les soins permet aussi d'éviter le sentiment d'impuissance totale, à condition que les gestes simples (tenir la main, éponger le front, donner à boire) soient chargés de signification affectueuse et leur utilité pour le malade explicitée.

Chaque famille a sa propre façon de réagir à un deuil et les soignants doivent accepter ces réactions diverses avec ouverture d'esprit.

Beaucoup de nos contemporains ignorent ce que sera la mort et craignent leurs propres réactions. Certains expriment un désarroi à l'idée de continuer à vivre sans l'autre.

Se surajoutent fréquemment des problèmes économiques importants, surtout en cas de familles divisées.

Souvent, la famille a peur de parler avec le malade de sa mort prochaine, alors que le malade a besoin de se projeter dans l'avenir à travers sa famille.

Lorsque l'agonie se prolonge, un deuil anticipé est vécu comme un désir de mort du parent malade. Une explication franche avec la famille, l'incitation au dialogue avec le mourant permettent d'aider la famille.

Une réaction d'hostilité plus ou moins larvée vis à vis des soignants (pour un moindre détail) traduit généralement une inadéquation de la relation familiale vis à vis du mourant ou une mauvaise acceptation de la mort proche.

Lorsque la mort est survenue, il faut savoir laisser la famille entourer le mort avec silence et déférence, sans être éloigné pour pouvoir répondre aux demandes (qui peuvent paraître souvent étranges : entend-il ? souffre-t-il encore ? etc..).

Une bonne attitude pour les soignants est de faire le deuil du malade entre soignants, sans la famille.

Compteur français