BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 25 September 2010
Réactions psycho-pathologiques

Syndromes psychopathologiques

On peut appeler ainsi une crise anxieuse aiguë, un état dépressif réel nécessitant une consultation psychiatrique, voire un état d'agitation et un syndrome confusionnel.

Le diagnostic de la cause de ces états doit être précisé avec les psychiatres.

Fréquence

La fréquence des troubles psychiatriques réels, au cours du cancer, est assez faible. Dans des études coopératives américaines, seulement 47% des malades avaient une réaction anormale et 53% une réaction bien adaptée.

Parmi les 47% de malades ayant une réaction anormale, 68% avaient un simple trouble d'adaptation avec anxiété et dépression, 13% une dépression majeure, 7% un trouble de la personnalité. Dans 11% des cas observés, il existait déjà une pathologie psychiatrique avant le cancer. Ainsi, pour la plupart des malades, il s'agit d'individus en bonne santé mentale, réagissant à une situation de détresse.

La plupart des malades réagissent à une détérioration de leur état physique, ni plus ni moins fréquemment que pour une autre pathologie.

Le risque suicidaire

Les tentatives de suicide sont rares, en nombre peu différent du taux observé dans la population non cancéreuse.

Les facteurs influençant ces tentatives sont l'âge, le stade avancé, le mauvais pronostic, un mauvais contrôle de la douleur, l'isolement psychologique, des antécédents familiaux de suicide.

Paradoxalement, les risques sont plutôt plus importants pendant la période de rémission clinique. Il convient, surtout, de reconnaître les personnalités névrotiques et les dépressions.

Compteur français