BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode

Site santé certifié
par la fondation HON
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

img

Dernière modification effectuée
le 07/12/2010
Lénalidomide ou Revlimid

Formule chimique

Le lénalidomide est proche de la thalidomide du point de vue chimique. Il est administré per os pendant 21 jours consécutifs suivis d'un repos d'une semaine.

Structure chimique de la Lénalidomide

Indications

Actuellement, la seule indication validée en France, en cancérologie, est le traitement des myélomes multiples résistants à la chimiothérapie habituelle et à la thalidomide..

Administrée par voie buccale, la dose recommandée est de l'ordre de 25 mg/j . Cependant, il convient d'ajuster la dose à la toxicité hématologique observée.

L'association lénalidomide + dexaméthasone entraîne des réponses de l'ordre de 60%, avec des durée de survie global de 35 mois.

Si le patient a été traité par thalidomide, le taux de réponse est un peu plus faible et la durée de survie sans maladie également plus courte. Le traitement par bortozumib ne semble pas influencer la réponse au lénalidomide.

Effets secondaires

Risques tératogènes

Le lénalidomide est une molécule proche du thalidomide : du fait de l'effet tératogène majeur observé autrefois, le laboratoire pharmaceutique insiste très lourdement sur les précautions à prendre pour que les comprimés soient hors d'atteinte des femmes enceintes.

Risque thrombo-embolique veineux

L'association du lénalidomide et de la dexaméthasone comporte un risque accru de thrombose veineuse profonde et d'embolie pulmonaire.

L'administration concomitante d'érythropoïétine ou des antécédents de thromboses veineuses peuvent également augmenter les risques thrombogènes.

Neutropénie et thrombopénie

L'association du lénalidomide et de la dexaméthasone entraîne une incidence accrue des neutropénies de grade 4 (5,1 %), se compliquant rarement d'épisodes neutropéniques fébriles. On peut envisager, si besoin, l'utilisation préventive de facteurs de croissance.

Les risques de thrombopénies de grade 3/4 sont d'environ 10%. Si des symptômes évocateurs d'hémorragie (pétéchies et épistaxis) surviennent, une diminution de la dose pourra être nécessaire.

Neuropathie périphérique

Le lénalidomide est structurellement proche du thalidomide, cependant on n'a pas observé de neuropathies périphériques sévères, à l'heure actuelle.

Autres essais

Des associations thérapeutiques nombreuses sont actuellement étudiées :

  • lénalidomide + doxorubicine + dexaméthasone
  • lénalidomide + doxorubicine liposomale + dexaméthasone
  • bortézomib + lénalidomide avec sous dexaméthasone

On ne connait pas encore le résultat de toutes ces études expérimentales.