BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 03/12/2010
Thérapeutiques 'Ciblées'

De nombreux progrès ont été faits au cours des quinze dernières années concernant la connaissance des tumeurs et des tissus sains et, en particulier, sur les mécanismes qui régulent la multiplication des cellules les unes vis à vis des autres à l'intérieur d'un organisme pluri-cellulaire.

Il a été mis en évidence, notamment, de nombreux processus de transmission de signaux variés entre les cellules allant de l'ordre de se multiplier à celui de se suicider, en passant par l'homéostasie quand aucune multiplication cellulaire n'est nécessaire.

On s'est aperçu qu'au cours du processus cancéreux, ces mécanismes très fins de régulation de la croissance tumorale étaient déréglés et qu'un certain nombre de récepteurs étaient soit surexprimés, soit suractivés, soit encore que les molécules qui transmettent le signal étaient anormales et transmettaient un signal permanent de multiplication ou au contraire ne transmettaient pas un signal de mort cellulaire.

On peut représenter schématiquement la nécessité constante d'une petite stimulation par des facteurs de croissance par le schéma suivant qui illustre le cas du sein.

Récepteurs à l'EGF du cancer du sein
Une cellule mammaire simple (cf. chiffre [1]) possède à sa surface interne (vers la membrane basale) des récepteurs à un facteur de croissance épidermique (EGF cf. [2]) ; ces récepteurs sont symbolisés par des petits 'bonshommes' jaunes ou rouge selon leur type. Lorsqu'il existe un nombre normal de récepteurs (comme en [3]), la cellule se maintient régulièrement avec une activation modérée des signaux à transmettre au noyau. Dans la cellule [4], il existe une surexpression des récepteurs ErbB-2 (rouge) et de ce fait, la moindre stimulation par le facteur de croissance va entraîner une multiplication non contrôlée de la cellule. C'est un des mécanismes par lesquels on explique la multiplication désordonnée au cours du cancer.

La plupart des récepteurs membranaires sont des molécules trans-membranaires. En présence du facteur de croissance spécifique, les récepteurs vont se dimériser et cette dimérisation va entraîner une phosphorylation des tyrosine-kinases intra-cellulaires, amorce de la transmission du signal vers le noyau. Ceci est schématisé de façon simpliste sur le dessin ci-dessous :

Activation des récepteurs tumoraux
On constate sur ce schéma que le facteur de croissance (boule bleue) fait dimériser deux récepteurs un peu différents mais complémentaires (c'est ce qu'on observe souvent en clinique). La dimérisation produit une activation des tyrosine-kinases, symbolisées par les traits rouges. Cette activation se transmet souvent à des protéines situées près de la membrane cellulaire (notamment la protéine Ras).
Compteur français