BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 26/12/2016
Autres traitements du Cancer

Le terme 'générique' de thérapies ciblées recouvre, en fait, tout un ensemble de nouveaux traitements récents, n'ayant plus pour cible l'ADN, les récepteurs hormonaux ou des cibles immunologiques, mais des constituants cellulaires impliqués essentiellement dans la relation de la cellule avec les autres cellules de l'organisme.

De façon schématique, on va distinguer :

les anticorps monoclonaux, ou hybridomes,

Comme la terminaison de leurs noms l'indique (-ab) l'indique, ce sont des immunoglobulines qui ont été créées par immunisation contre des cellules cancéreuses, et qui concernent, de façon plus ou moins spécifiques, soit des récepteurs de la surface cellulaire soit des molécules circulantes. Ils sont issus d'un même clone cellulaire et reconnaisent un même épitope.

Ils sont les dérivés des recherches de Georges Köhler et César Milstein

Ces médicaments sont administrés par voie veineuse et ne pénêtrent pas dans la cellule maligne. Au départ, les AC monoclonaux étaient purement d'origine murine (souris) : ce sont les "mo-mab" ; puis on a obtenu des chimères souris-homme : ce sont les "xi-mab" ; puis les anticorps humanisés ("zu-mab" et enfin les anticorps entièrement humains : les "mu-mab".

Quelques médicaments de ce type ont permis des changements considérables dans le traitement de certains cancers (sein, lymphomes, notamment).

Les inhibiteurs de tyrosines kinases (TKI)

Ces enzymes se situent "au pied" des récepteurs membranaires, au niveau du cytoplasme. Elles sont souvent l'objet de mutations, entraînant une activation et un processus cancérigène.

Les médicaments anti-tyrosine kinases sont tous terminés par le radical 'ib' ou 'inib'. Ils pénêtrent dans la cellule pour être actifs. Leur action est spectaculaire dans la leucémie myéloïde chronique et quelques autres hémopathies. Elle est moins constante et surtout moins prolongée dans la plupart des autres localisations.

Selon les pathologies pour lesquelles on les emploie, on a distingué :

  • les TKI utilisés dans la leucémie myéloïde chronique,
  • les TTI utilisés dans le cancer du poumon métastatique,
  • les TKI utilisés dans le cancer du rein métastatique,
  • quelques autres indications (thyroïde, sarcomes)

Les médicaments antigiogéniques,

Que ce soient des anticorps monoclonaux ou de petites molécules, leur action est centrée sur le facteur de croissance vasculaire.

Les inhibiteurs de la protéine mTor

Ils agissent sur une molécule spécifique de transmission du signal. Il en existe actuellement deux à la pharmacopée

Les anti-protéasomes

Ils inhibent la destruction des molécules 'déchets' au niveau du protéasome et provoquent ainsi une apoptose de la cellule cancéreuse.

Les inhibiteurs de la déacétylase de l'histone

Ces médicaments empêchent la transcription des gènes répresseurs au niveau de l'ADN, et de ce fait entraînent l'apoptose des cellules cancéreuses, en raison des déchets cellulaires.

Plan du chapitre

Anticorps monoclonaux

Anti-Tyrosines Kinases

Anti-angiogéniques

Inhibiteurs de la protéine m-TOR

Anti-protéasomes

Inhibiteurs de la déacétylase de l'histone

Bibliographie

Nomenclature internationale des différents types d'anticorps monoclonaux
Scheen A.J,
Rev Med Liège 2009; 64 : 5-6 : 244-247

 

Compteur français