Plusieurs méthodes ont été décrites pour la recherche des mutations de K-RAS.

Elles commencent toutes par une extraction de l'ADN tumoral (à partir d'un échantillon de la tumeur originelle), puis par une amplification génique par PCR (Polymerase Chain Reaction).

Schéma d'une réaction en chaîne de polymérisation d'ADN

En 1 : Schéma d'une molécule d'ADN

En 2 : Séparation des deux chaînes d'ADN obtenue en chauffant légérement la solution.

En 3 : On apporte les amorces d'ADN ainsi que les bases (non représentées sur le schéma)

En 4 : En abaissant légérement la température, on obtient une polymérisation à partir des amorces : soit deux molécules d'ADN.

En 5 : Un cycle supplémentaire permet d'obtenir 4 molécules d'ADN, etc..

Utilisation d'une amorce spécifique du gène pathologique à étudier

En 1 : Même représentation de l'ADN : le gène pathologique est représenté en orange.

En 2 : Même séparation des deux chaînes.

En 3 : Apport d'amorces spécifiques : seul l'ADN proche de ces amorces va se multiplier

En 4 : Les nouveaux segments d'ADN avec une augmentation importante de l'anomalie génétique

 

Compteur français