Il existe une corrélation inverse entre la surexpression du gène HER-2 et la survie des malades. Deux études très intéressantes le montrent, que ce soit pour le malades sans ganglions positifs (les meilleurs cas) et les malades avec ganglions positifs (pronostic plus réservé).

Ces connaissances ont permis de mettre en route des études prospectives associant chez les malades porteuses de formes graves de cancer du sein la prescription de trastuzumab (Herceptin™) lors des traitements adjuvants après le traitement local. Les premiers résultats présentés en 2005 à l'ASCO paraissent très positifs et vont probablement changer dans les mois ou années qui viennent la stratégie globale du traitement du cancer du sein.

La première étude intéresse les malades sans atteintes ganglionnaires (il s'agit d'une méta-analyse).

Courbe de survie du cancer du sein selon expresion HER-2
Etude de Ross JS. : malades à ganglions négatifs. Méta-analyse sur près de 15.000 malades. En vert : patientes ayant moins de trois copies du gène HER-2. En rouge : patientes ayant plus de 10 copies du gène HER-2. Les patientes à expression intermédiaire ne figurent pas sur ce schéma. Survie exprimée en mois.

Une différence de survie analogue est observée lorsque les ganglions sont positifs.

Courbe de survie du cancer du sein selon expresion HER-2
Travaux de Seshadri : malades avec ganglions positifs. En rouge : patientes ayant une expression de HER-2 supérieure à 3 exemplaires. En vert : patientes ayant moins de 3 copies du gène HER-2. Etude randomisée.

La prescription de trastuzumab (Herceptin™) semble corriger une bonne partie de la différence entre les deux courbes.

Compteur français