L'ostéolyse maligne est la conséquence d'une hyperactivité ostéoclastique consécutive à leur stimulation par différentes substances (appelées de façon générique des cytokines) fabriquées par les cellules tumorales qui envahissent l'os.

L'ostéolyse peut être isolée (aboutissant à des lésions ostéolytiques en radiologie) ou bien s'accompagner d'une réaction ostéoblastique (aboutissant à des lésions dites ostéocondensantes).

Les travaux de Mundy ont montré que les principaux facteurs fabriqués par les cellules tumorales étaient l'Interleukine 1 ou (IL1, l'Interleukine 6 ou IL-6, les facteurs de nécrose tumorale TNFa et TNFb, le facteur de croissance des cellules T TGFb ainsi que des petits peptides apparentés à la parathormone (hormone de stimulation normale des ostéoclastes) appelés PTH-rP.

Il existe un auto-entretien local : l'IL1 ou la TGFb stimulent la sécrétion de PTH-rP par les cellules tumorales et l'ostéolyse libère des facteurs de croissance TGFb et IGF-1, stimulant la prolifération maligne in situ.

Schéma de l'ostéolyse métastatique

L'ostéolyse est un des facteurs de l'hypercalcémie observée au cours du cancer en raison du calcium libéré par l'hyper-résorption non contrôlée au niveau de la métastase.

Compteur français