BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 05/02/2010
Administration de la chimiothérapie

Personnel infirmier

Vis à vis du malade, le médecin est le garant moral de la réalisation de sa prescription. Il délègue les gestes techniques au personnel infirmier, qui est responsable de leur bonne exécution Cette qualité exige un personnel infirmier compétent, suffisant en nombre et formé à la réalisation du traitement.

La pratique courante de la chimiothérapie, la connaissance du mode d'action des antimitotiques et de leurs dangers sont autant d'éléments sécurisants pour l'infirmière et le malade.

Protocole de soins

La mise en place d'un protocole de soins infirmiers, décrivant le déroulement précis de chaque phase du traitement, les risques et accidents potentiels ainsi que les gestes à effectuer, assure une homogénéité des traitements, et permet de vérifier a priori la bonne compréhension de la prescription Un dialogue continu entre le prescripteur et l'équipe infirmière assure la prévention des complications les plus fréquentes.

Un dossier de soins structuré, consignant l'heure de passage de chaque produit, les réactions éventuelles, la tolérance psychologique du patient, autorise un suivi continu du traitement et un contrôle a posteriori. La connaissance précise des toxicités observées (notamment digestives) permet une prévention plus adaptée. La validation régulière et rétrospective de ces outils de travail en garantit l'efficacité quotidienne.

Abord veineux

Un abord veineux de qualité est parfois nécessaire pour prévenir les accidents d'extravasation de produits toxiques pour le tissu sous-cutané ou musculaire. Lorsqu'il est insuffisant, la pose d'un site veineux implantable apporte la sécurité nécessaire, mais nécessite un entretien rigoureux et régulier.

Les rares complications observées ne doivent pas faire banaliser ce geste thérapeutique supplémentaire, et incitent à des indications rigoureuses notamment après discussion avec le personnel infirmier. L'impact psychologique d'un tel site, souvent maintenu au-delà du temps de chimiothérapie, nécessite une explication détaillée au patient.

Suivi immédiat du traitement

L'exécution du protocole nécessite aussi des connaissances techniques pour prévenir la survenue d'accidents pendant la perfusion : extravasation sanguine notamment et mesures adaptées pour chaque type de chimiothérapie, prévention et/ou traitement des rares accidents aigus (choc anaphylactique, malaises, réactions allergiques, fièvre, etc.).

Un protocole précis en cas d'aplasie post-thérapeutique constitue encore une sécurité supplémentaire. L'expérience là encore diminue l'anxiété.

De même, la manipulation des pompes de perfusion continue nécessite une pratique régulière, notamment pour la chronothérapie.

Aspects psychologiques

Les angoisses et inquiétudes du malade seront prévenues par une bonne explication du médecin prescripteur, reformulée par le personnel infirmier, une exécution technique impeccable ainsi qu'une attitude rassurante et confiante. On sait l'importance de l'auto-confiance des soignants en ce domaine.

Cette expérience permet aussi d'enseigner au patient les moyens de mieux résister à la chimiothérapie : conseils diététiques pour prévenir ou limiter les vomissements, mesures simples de soins de bouche pour éviter les mucites, la diarrhée ou la constipation, la photosensibilité, pour mieux comprendre les éventuels troubles sexuels ou gonadiques, et la fatigue ressentie par tous les patients.

Une seconde explication claire et tranquille de la toxicité hématologique, des moyens pratiques de la reconnaître, l'enseignement des mesures simples à prendre pour éviter une infection ou un saignement, ainsi que la reconnaissance des signes d'alerte nécessitant l'appel du médecin traitant ou l'hospitalisation, font partie de la mission propre de l'infirmière oncologiste.

Les interrogations des malades ne se limitant pas aux aspects pratiques de la chimiothérapie, mais débordant largement sur le cancer traité, le dossier de soins transmet le degré d'information du patient et en retour fait connaître au médecin les besoins exprimés ou ressentis.

Une formation à la communication aide à prévenir l'angoisse des personnels soignants et la survenue de maladresses anxiogènes pour le malade.

Enfin, bien que difficiles à mettre en place, les questionnaires de qualité de vie peuvent constituer aussi une autre approche pour aider le patient pendant son traitement.

Compteur français