BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 05/02/2010
Toxicités chroniques 2

Complications cutanées et capillaires

Certains anti-mitotiques entraînent parfois des manifestations toxidermiques :

  • hyperpigmentations linéaires ou lésions érythémateuses des extrémités ou des plis de flexion dûes à la bléomycine.
  • hyperpigmentation pseudo-addisonienne du misulban
  • altérations unguéales après Endoxan, 5 FU, Adriblastine, Taxotère,
  • photosensibilisation des parties découvertes (méthotrexate, 5FU, Velbé, Adriamycine, Actinomycine D), ou réactivation des lésions cutanéo-muqueuses induites par une radiothérapie antérieure.
  • syndrome "main-pieds" du 5-FU

Réactions d'hypersensibilité

Certaines réactions sont classiques et doivent simplement faire prendre des mesures préventives (corticoïdes, anti-histaminiques) : réactions fébriles à la bléomycine, réactions cutanées au cisplatine, réactions allergiques au Taxol, oedème du au Taxotère.

D'autres prennent un caractère dramatique (bronchospasme, chute tensionnelle), parfois dès la première goutte du produit, nécessitant un contrôle médical et un faible débit de départ : c'est le cas du VM26 (VP16 ?).

Complications rénales et vésicales

Certains agents sont réputés pour leur toxicité rénale :

  • le cisplatine (risque de nécrose tubulaire gravissime), nécessite une hyperhydratation, voire l'utilisation de diurétiques, en tous cas une surveillance régulière de la fonction rénale.
  • le carboplatine ou l'oxaliplatine n'ont pratiquement pas de toxicité rénale chez les malades hydratés,
  • le méthotrexate, lors d'utilisation de fortes doses, par précipitation dans les tubules, nécessitant une alcalinisation des urines.

En pratique, chez des malades traités par du cisplatine, il convient d'être très prudent dans l'utilisation d'autres produits néphrotoxiques (aminosides, mais aussi anti-inflammatoires), car l'atteinte tubulaire du cisplatine fragilise définitivement la fonction rénale du patient.

Deux agents alkylants entraînent des lésions vésicales, sous forme de cystite hémorragique, l'Endoxan (nécessité d'une diurèse simultanée), mais surtout l'Holoxan, qui nécessite l'utilisation d'un uro-protecteur, le Mesna (Uromitexan*), de façon simultanée.

Enfin, la lyse tumorale importante peut entraîner une néphropathie hyperuricémique : ceci se voit notamment dans le traitement des leucémies ou des lymphomes, et nécessite une alcalinisation des urines et l'utilisation préalable de Zyloric.

Compteur français