BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 21/12/2010
Anti-topoisomérases de type I

Les topo-isomérases sont les enzymes indispensables pour 'dénouer' l'enroulement très important de l'ADN avant la transcription de l'ADN ou sa réplication.

Lorsque la fourche de réplication se déplace le long de la double chaîne d'ADN, elle provoque des tensions de plus en plus fortes qu'on peut appeler tension de 'débobinage'. La duplication de 10 paires de base correspond à un tour complet sur son axe de la double hélice.

Pour pouvoir continuer, la polymérase devrait faire faire un tour correctif à toute la molécule d'ADN à transcrire (comme lorsqu'on dénoue un nœud dans un fil à pêche). Ceci nécessiterait une énergie considérable pour tourner tout le chromosome.

La cellule utilise pour cela un pivot constitué par la topoisomérase.

Au fur et à mesure que l'ADN polymérase synthétise une nouvelle chaîne d'ADN, elle 'tire' et 'débobine' la molécule d'ADN à transcrire. Il en résulte un phénomène de torsion qui ne peut se résoudre qu'en faisant tourner toute la molécule d'ADN sus-jacente. Avec l'utilisation d'une topoisomérase, le 'débobinage' n'intéresse qu'une seule spire de l'ADN qui se présente naturellement de façon à pouvoir être dédoublé.

Cette topoisomérase de type I se fixe au squelette phosphate d'un des brins d'ADN et fait tourner, en amont de la zone à transcrire, la prochaine spire à transcrire sur le brin qu'elle a incisé.

La polymérase de type II permet de faire passer les deux brins d'ADN à travers deux brins d'ADN permettant de détordre encore plus rapidement l'ADN au cours de la transcription.

Compteur français