BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 05/02/2010
Principes généraux de la chimiothérapie

Importance de l'irrigation cellulaire

Si les cellules cancéreuses sont mal irriguées, ou plus ou moins quiescentes (ce qu'on observe au centre de la tumeur), elles reçoivent moins d'antimitotiques, et y sont moins sensibles.

D'où l'intérêt fréquent d'une chirurgie première de réduction (par exemple dans le cancer de l'ovaire).

De même, la radiothérapie entraîne des modifications importantes de la vascularisation autour de la tumeur traitée. Si une récidive survient en territoire irradié, la tumeur est souvent chimio-résistante, en rapport avec une hypo-vascularisation fréquente (et peut-être aussi, en raison de mécanismes croisés de résistance à la chimiothérapie et à la radiothérapie).

L'accès de la cellule tumorale est important pour obtenir un effet tumoricide.

Ainsi, on décrit une barrière hémato-encéphalique qui rend les tumeurs cérébrales et les métastases cérébrales souvent très résistantes à la chimiothérapie par absence de pénétration au niveau de la tumeur, enchâssée dans le parenchyme cérébral. On verra plus loin que la plupart des médicaments anti-cancéreux sont de grosses molécules très complexes peu solubles. Seules les petites molécules liposolubles peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique (mais elles sont parfois difficiles à transporter au niveau plasmatique !). Si des ruptures de cette barrière existent au niveau des tumeurs, celles-ci sont cependant irriguées de façon très irrégulière par les vaisseaux sanguins et la pénétration des molécules anti-cancéreuses est très réduites.

Schéma de la barrière hémato-encéphalique
Représentation schématique de la barrière hémato-encéphalique : les cellules endothéliales capillaires (CE) sont reliées par des jonctions étanches (JE) qui ne peuvent être pénétrées que par des petites molécules présentes dans la lumière vasculaire. Les pieds des astrocytes sont reliés entre eux par des jonctions de type Gap (JG) laissant surtout passer des molécules lipophiles, vers l'espace extra-cellulaire du cerveau, dans lequel on a représenté un neurone.

A l'inverse, l'utilisation d'une chimiothérapie intra-péritonéale a pour but de permettre d'augmenter la concentration médicamenteuse au niveau des métastases péritonéales d'une tumeur ovarienne ou digestive. Cependant, cette chimiothérapie ne peut concerner que les tumeurs planes n'excédant pas quelques millimètres d'épaisseur.

Compteur français