BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 05/02/2010
Principes généraux de la chimiothérapie

La notion de dose et de mode d'administration de dose est très importante en chimiothérapie.

Chimiothérapie massive

Plus la dose administrée est forte, plus on a des chances de tuer un grand nombre de cellules cancéreuses, mais aussi de cellules saines. Ainsi, dans le traitement d'induction d'une leucémie aiguë, on va utiliser une dose massive d'anti-mitotique qui devra tuer toutes les cellules souches cancéreuses. Les cellules souches hématopoïétiques (et également les cellules cutanées et les cellules des muqueuses digestives) vont être atteintes de façon massive entraînant :

Schéma d'une chimiothérapie pour leucémie aiguë

Schéma d'une chimiothérapie d'induction d'une leucémie aiguë

On remarquera les deux évolutions possibles :

  • en vert : guérison potentielle
  • en rouge: leucémie d'emblée résistante.

La chimiothérapie très intensive entraîne une aplasie nécessitant une réanimation hématologique dans un secteur protégé.

De telles chimiothérapies massives sont également parfois utilisées comme traitement de clôture de certaines tumeurs solides (lymphomes agressifs, tumeur testiculaire, etc.). Elles sont parfois effectuées sous couvert d'une auto-greffe de moelle osseuse ou plus élégamment maintenant sous couvert de traitement par cellules souches homologues prélevées avant la chimiothérapie intensive grâce à l'utilisation des facteurs de croissance. La chimiothérapie intensive peut être quasiment stérilisante pour les cellules souches hématopoïétiques du patient dans la mesure où on va lui ré-injecter ses propres cellules souches une fois la quasi disparition des anti-mitotiques du sang.

Schéma d'une chimiothérapie sous couvert d'auto-greffe

Chimiothérapie intensive
sous couvert d'auto-greffe
de cellules souches

Le recueil des cellules souches a lieu après une chimiothérapie aplasiante et récupération sous facteurs de croissance.

Après la chimiothérapie intensive, une période existe où la concentration sérique des drogues anticancéreuses est importante. Une fois cette concentration plus basse, les cellules souches sont injectées.

La tumeur est définitivement détruite (cas idéal) et la moelle récupère. Si il n'y avait pas eu de greffe de cellules souches, il y aurait risque d'aplasie définitive.

De même, les ostéosarcomes nécessitent de fortes doses de méthotrexate, que l'on se permet grâce à l'administration rapide d'un antidote, l'acide folinique. On dosera donc le méthotrexate aussitôt après son administration, et suivant la concentration observée, on injectera de l'acide folinique en grande quantité. Ce type de traitement nécessite une surveillance pharmacologique très serrée.

Cures successives de chimiothérapie

La plupart du temps, on va effectuer de 4 à 6 cures de chimiothérapie à doses moyennement fortes, entraînant une aplasie très modérée, ne nécessitant pas la prescription d'antibiotiques ou de transfusion plaquettaire.

Ce type de chimiothérapie est basée sur les capacités différentes de récupération des cellules souches normales et tumorales.

En effectuant des cures successives, on permet aux cellules souches normales (et aux cellules cancéreuses) de "récupérer". En général, les cellules normales récupèrent plus vite que les cellules cancéreuses. Le rythme des cures dépend de ce temps de récupération (en général plus long pour les personnes âgées), et/ou de la rapidité de multiplication tumorale (plus court pour les tumeurs embryonnaires, les sarcomes osseux).

Schéma d'une chimiothérapie habituelle

Représentation d'une chimiothérapie anticancéreuse 'habituelle'

A chaque cure, on observe une chute importante du nombre de cellules cancéreuses, mais également une petite aplasie.

A la fin du cycle, la moelle osseuse récupère tandis que les cellules cancéreuses vont progressivement diminuer en nombre.

Lorsque les cellules cancéreuses deviennent résistantes, l'apport de nouvelles cures ne sert à rien.

Compteur français