Document sans nom

La vinflunine (Javlor™) est un analogue des vinca-alcaloïdes et est extraite de la pervenche de Madagascar. Elle tire son activité par une inhibition réversible des microtubules, avec une affinité plus faible que d'autres vinca-alcaloïdes. Cependant, elle agit sur la dynamique des microtubules, et, en se liant à la molécule de tubuline, elle inhibe la polymérisation des microtubules. Il en résulte la mort cellulaire par apoptose.

Sa formule chimique est très proche de celle de la Vinorelbine.

Indication

Une seule indication a été retenue pour l'instant :

Cancer urothélial de vessie à cellules transitionnelles, avancé ou métastatique, après échec d'une première ligne de chimiothérapie comportant un sel de platine. (taux de réponse de 17% avec une médiane de survie de 8 mois).

Il s'agit d'un traitement qui est administré par voie veineuse.

La posologie habituelle est de 320 mg/m2, soit toutes les semaines en mono-chimiothérapie soit selon un autre rythme en polychimiothérapie. On doit diminuer la dose en cas d'insuffisance rénale objectivée par une diminution de la clairance de la créatinine.

On doit, de même, ajuster la dose en cas d'insuffisance hépatique.

Du fait d'un métabolisme en rapport avec le cytochrome 3A4, il convient d'éviter les inducteurs du cytochrome (rifampicine, millepertuis) et les inhibiteurs (itraconazole, jus de pamplemousse).

Il s'agit d'un médicament nouveau n'ayant pas encore prouvé toutes ses capacités (cf. évaluation par la HAS).

Principales toxicités

Ne sont citées que les toxicités non générales (les toxicités générales sont décrites dans le chapitre toxicité de la chimiothérapie).

La toxicité hématologique limitante est la granulopénie.(neutropénie grade III-IV dans près de 50% des cas)

TOXICITE NEUROLOGIQUE

Il s'agit d'une atteinte du système nerveux végétatif digestif : constipation (grade III-IV pour 16% des patients). L'importance de cette constipation nécessite des précautions particulières lors de son utilisation (hydratation importante, surveillance des selles, ne pas utiliser en cas de subocclusion, se méfier de l'association avec des morphiniques, prise régulière de laxatifs).

Les troubles neurologiques périphériques ne sont pas très fréquents.

Compteur français