Traitement par EPO

Cette hormone est actuellement produite de façon industrielle par génie génétique (EPO humaine recombinante r-Hu-EPO ). La forme 'physiologique' comporte trois chaines N-glycosylée et une chaîne O-glycosylée. Cependant, c'est la liaison N-glycosylée avec 4 branches de glycosylation par chaîne qui est nécessaire pour l'activité de stimulation de l'érythropoïèse. Il existe une grande similitude de l'érythropoïétine entre les espèces.

Schéma de l'érythropoïétine naturelle

Formes recombinantes simples

Plusieurs formes thérapeutiques d'érythropoïétine recombinante humaine issues du clone de cellules humaines lanbdaHEPOFL 13 existent avec des variations dans leurs résidus glycosylés : on distingue ainsi l'époietine b (Neorecormon™) et l'époïétine a (Eprex™).

Le traitement consiste en 3 injections sous-cutanées hebdomadaires. En principe, on commence le traitement quand l'hémoglobine devient inférieur à 10 g/dl (pour certains inférieure à 11 g/dl), et on arrête le traitement quand l'hémoglobine dépasse 14 g/dl. Il n'y a pas d'effets secondaires bien nets de ce médicament, mais il faut penser à corriger le taux du fer sérique en cas de déperdition (saturation de la transferrine inférieure à 20% - ferritine sanguine supérieure à 100 µg/l).

Forme retard

En augmentant le nombre de chaînes glycosylées par une légère modification de la chaîne protéique, on peut obtenir une forme retard, la darbépoétine-a (Aranesp™), qui ne nécessite plus qu'une injection hebdomadaire. On débute généralement le traitement à la dose de 225 µg/kg.

Les complications rares sont les mêmes que pour les formes dites naturelles.

On notera l'hyper-glycosylation de la molécule
qui permet d'obtenir une forme retard (une seule injection hebdomadaire).

Indications

D'abord réservées aux anémies en rapport avec une insuffisance rénale (trouble de sécrétion de l'érythropoïétine) et par extension au traitement des anémies fréquentes vues avec les médicaments cytotoxiques à toxicité rénale (notamment le cisplatine), ces molécules ont vu leurs indications s'élargir au traitement de l'anémie et à la réduction des besoins transfusionnels chez les patients adultes traités par chimiothérapie pour des tumeurs solides, des lymphomes malins ou des myélomes multiples et à risque de transfusion en raison de leur état général (par exemple état cardiovasculaire, anémie pré-existante au début de la chimiothérapie).

En pratique, dans le contexte actuel de suspicion vis à vis des transfusions, et du fait de la facilité de la forme retard, l'utilisation s'élargit de plus en plus.

Compteur français