La Fludarabine (Fludara™) est un ion phosphate de fludarabine, nucléotide fluoré analogue de l'agent antiviral vidarabine, résistant à la désamination par l'adénosine-désaminase.

La fludarabine est est métabolisée par la déoxycytidine-kinase en triphosphate actif, le 2F-ara-ATP. Ce métabolite inhibe la ribonucléotide-réductase, l'ADN-polymérase, l'ADN-primase et l'ADN-ligase, ce qui empêche la synthèse de l'ADN.

L'inhibition partielle de l'ARN-polymérase II produit une inhibition de la synthèse des protéines, conduisant à l'apoptose.

   
   

Indications

Une seule indication pour ce traitement

Leucémies lymphoïdes chroniques (LLC) à cellules B (en seconde ligne)

Il s'agit d'un traitement par voie veineuse (le plus souvent mono-chimiothérapie).

La posologie consiste 25 mg/m2/jour en cure de 5 jours tous les 28 jours.

On effectue en général 6 cycles..

Principales toxicités

Ne sont citées que les toxicités non générales (les toxicités générales sont décrites dans le chapitre toxicité de la chimiothérapie).

TOXICITE HEMATOLOGIQUE CLASSIQUE

La toxicité hématologique peut être intense, d'où la nécessité d'une surveillance très régulière. Il existe très fréquemment des épisodes de fièvre neutropénique.

En outre, du fait de l'importante immunosuppression, il convient de ne transfuser le malade qu'avec du sang irradié pour éviter d'éventuelles réactions GVH (Greffons contre Hote) provoquées par les leucocytes du donneur.

TOXICITE AUTO-IMMUNE

Même en l'absence d'antécédents d'anémie hémolytique auto-immune et quels que soient les résultats du test de Coombs, des manifestations auto-immunes (anémie hémolytique auto-immune, thrombocytopénie auto-immune, purpura thrombocytopénique, pemphigus, syndrome d'Evans), mettant en jeu le pronostic vital, ont été rapportées, récidivant lors des essais de la réadministration de fludarabine.

La recherche d'une hémolyse est impérative au cours du traitement, entraînant l'interruption du traitement. Le traitement consiste en des transfusions sanguines (sang irradié, cf ci-dessus) et la prescription de corticoïdes.

SYNDROME DE LYSE TUMORALE

En cas d'effet spectaculaire.

REACTION ALLERGIQUE CUTANEE

Les rashs cutanés sont fréquents. Les complications plus sévères (syndrome de Stevens-Johnson ou un syndrome de Lyell) sont rares.

Compteur français