La cladribine (Leustatine™) est un analogue purique non métabolisé par l'adénosine-déaminase. Son métabolisme passe par la phosphorylation en 2-CdATP (ou 2 chloro-2'-désoxy ATP). Ce produit intermédiaire bloque la synthèse de l'ADN par inhibition de la ribonucléotide-réductase et l'ADN polymérase alpha.

Elle serait cytotoxique également en phase de quiescence par l'accumulation progressive de 2-CdATP (ou 2-chloro-2'-désoxy ATP) qui empêche la réparation correcte de l'ADN.

Les lymphocytes et les monocytes ont un rapport désoxycytidine-kinase sur désoxynucléotidase élevé, qui augmente l'accumulation de la 2-CdATP.

   
   

Indications

Une seule indication pour ce traitement

Leucémie à tricholeucocytes

Il s'agit d'un traitement par voie veineuse.

La posologie consiste en une cure unique de cladribine : perfusion intraveineuse continue pendant 7 jours à raison de 0,1 mg/kg/jour (3,6 mg/m2/jour).

Un traitement secondaire est souvent instauré en cas de rechute.

Principales toxicités

Ne sont citées que les toxicités non générales (les toxicités générales sont décrites dans le chapitre toxicité de la chimiothérapie).

TOXICITE HEMATOLOGIQUE

La toxicité hématologique peut être assez sévère et surtout prolongée, d'où la nécessité d'une surveillance très régulière. Il existe très fréquemment des épisodes de fièvre neutropénique.

TOXICITE NEUROLOGIQUE

Neuropathie sensitivomotrice, paraparésie et tétraparésie irréversible ont été décrites à fortes doses, mais peuvent (rarement) s'observer à doses thérapeutiques.

TOXICITE IMMUNOLOGIQUE

Diminution prolongée du taux des lymphocytes CD4 et transitoire du nombre de lymphocytes CD8.

Compteur français