Dans l'oxaliplatine (Eloxatine ™), l'atome de platine est complexé avec un 1,2 diaminocyclohexane (DACH) et un groupe oxalate. L'oxaliplatine est un énantiomère unique, le cis-[oxalato (trans 1-1-1,2-DACH) platine].

Il présente un large spectre d'activité cytotoxique in vitro et in vivo dans les modèles tumoraux animaux.

L'oxaliplatine est parfois efficace, in vitro et in vivo, dans des lignées résistant au cisplatine.

Formule de l'oxaliplatine

Indications

Peu d'indications sont retenues en France à l'heure actuelle :

Traitement en première ligne des cancers colorectaux métastatiques en association avec le 5-fluorouracile et l'acide folinique,

Différentes autres situations dans les cancers colorectaux.(Probablement moindre).

Des possibilités d'utilisation dans des cancers où le Cisplatine ou le Carboplatine sont utilisés, en cas d'allergie à ces produits (il n'y a pas toujours d'allergie croisée).

La posologie habituelle est de 85 mg/m2 .

Il est probable que d'autres indications viendront compléter celles actuellement autorisées.

Principales toxicités

Ne sont citées que les toxicités non générales (les toxicités générales sont décrites dans le chapitre toxicité de la chimiothérapie).

TOXICITE NEUROLOGIQUE AIGUE

Ces manifestations neurosensorielles aiguës débutent dans les heures suivant l'administration notamment lors d'une exposition au froid.

Il s'agit de paresthésies transitoires, des dysesthésies ou hypoesthésies : les fourmillements ressentis par le malade sont vifs, et touchent essentiellement les mains et les pieds. Exceptionnellement, (1à2% des cas) on peut observer un syndrome aigu de dysesthésie pharyngo-laryngée, avec des sensations subjectives de dysphagie ou de dyspnée (sans signe objectif de détresse respiratoire), une contracture de la mâchoire, une dysesthésie linguale, une dysarthrie et une oppression thoracique.

Cette symptomatologie est rapidement réversible, même en l'absence de tout traitement. L'allongement de la durée de la perfusion dans les cycles suivants diminue l'incidence de ce syndrome.

TOXICITE NEUROLOGIQUE CHRONIQUE

Elle est beaucoup plus rare qu'avec le cisplatine, mais doit faire l'objet d'une surveillance attentive.

TOXICITE DIGESTIVE

Les risques de vomissements sont moins importants qu'avec le cisplatine, mais justifient la prescription systématique d'anti-émétiques puissants.

Une toxicité particulière est la survenue fréquente de diarrhées qui peuvent être importantes et dont les effets sur l'hydratation du malade doivent être prévenus.

RISQUE ALLERGIQUE

Comme pour les autres sels de platine.

Compteur français