Le melphalan (Alkéran™) est un agent alkylant bifonctionnel. Par ses deux groupement alkylés, il établit des liaisons covalentes stables avec les groupements nucléophiles des deux brins d'ADN. Il empêche la séparation et la réplication de l'ADN.

Il est administré par voie orale, malgré les grandes variations inter-individuelles observées. Il vaut mieux l'absorber à jeun, car l'ingestion simultanée d'aliments l'aire sous la courbe d'environ 40%. La demi-vie est d'environ 90 minutes.

Formule du melphalan

Aux Etats-Unis, et dans la littérature anglo-saxone, on parle souvent de moutarde à la phényl-alanine (ce qui reflète sa composition chimique), notamment en pathologie mammaire.

Principales indications

Les indications sont assez restreintes :

myélome multiple, indication majeure, s'étant modifié avec les nouvelles thérapeutiques du myélome,

adénocarcinome ovarien, dans les stades avancés, lorsqu'on ne peut se servir des autres traitements,

adénocarcinome du sein, quand on ne dispose pas d'autres traitements plus actifs.

Principales toxicités

Ne sont citées que les toxicités non générales (les toxicités générales sont décrites dans le chapitre toxicité de la chimiothérapie).

RISQUE LEUCEMOGENE

Ce risque est relativement important dans les formes de cancers de l'ovaire ou de myélomes qui répondent bien à la chimiothérapie. Les leucémies induites sont très résistantes à une nouvelle chimiothérapie. Elles surviennent dans un délai moyen de 5 ans.

INSUFFISANCE MEDULLAIRE

En cas d'utilisation prolongée chez les personnes âgées notamment.

FIBROSE PULMONAIRE

Effet assez rare et tardif.

Compteur français