BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 03/08/2011
Radiothérapie per-opératoire du sein

Principe clinique

Le principe de cette radiothérapie per-opératoire du cancer du sein est basé sur deux constatations apparemment contradictoires :

  • 90% des récidives locales du cancer du sein surviennent dans le quadrant où se situait la tumeur opérée,
  • 63% des spécimens de mastectomie montrent, après étude sériée microscopique, la présence de foyers occultes de cancer, dont 80% à distance du quadrant opéré.

On peut se demander ainsi si ces foyers retrouvés au microscope ont une signification clinique puisqu'ils ne donnent que si rarement des récidives tumorales.

De façon pratique, on peut donc envisager l'irradiation péritumorale immédiate comme un moyen de réduire les 90% de récidives tumorales observées sans la radiothérapie.

L'irradiation du lit opératoire

L'utilisation d'un faisceau d'électrons, de très petite taille, permet d'obtenir une source de photons de 5O kVtrès ponctuelle au centre d'une sphère.

Ce rayonnement est modulé par des applicateurs sphériques permettant de donner une dose uniforme, très rapidement décroissante, sur le lit opératoire, réduisant l'irradiation du tissu sain.

La dose d'irradiation dépend du temps d'irradiation (envrion 20 minutes).

Si nécessaire, une protection par un film de polyuréthane rempli de tungstène peut être ajouté pour protéger la paroi thoracique.

La photo suivante, empruntée à J.S. Vaydia, dans un des articles princeps décrivant la méthode, montre la position du dispositif pendant l'irradiation.

Utilisation clinique

Deux possibilités d'utilisation ont été testées chez des femmes opérées par tumorectomie d'une tumeur du sein de petite taille.

Comme un boost, pendant l'intervention, avant une radiothérapie externe complémentaire, excluant le lit interventionnel pour éviter un surdosage. Cette technique, permettrait, d'après leurs promoteurs, (équipe londonienne de Vaidya),un très faible taux de récidive locale, d'environ 1.7%, ce qui est plutôt inférieur à ce qu'on observe habituellement avec la seule radiothérapie externe (3%).

Comme traitement complémentaire unique, sans autre radiothérapie. Une étude internationale randomisée, appelée Targit-A, incluant 2.200 patientes, a montré une équivalence entre ce type de traitement unique, facile à délivrer, ne mobilisant pas la femme pendant 5 semaines de radiothérapie (sans compter les coûts de transport), et un traitement classique par irradiation externe. Le taux de récidive locale est similaire (de l'ordre de 1%). On note un peu plus d'hématome local ou de sérome post-opératoire nécessitant des ponctions post-opératoires (2% vs 1%), mais une moins grande toxicité cutanée.

Compteur français