BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 05/06/2011
Ostéoradionécrose

Les pathologies décrites ci-après sont des complications de la radiothérapie survenant avec une incidence relativement faible et nécessitant des mesures de prévention lors de la réalisation de la radiothérapie. Elles ne sont pas toutes évitables et constituent un 'aléa thérapeutique'.

Ostéoradionécrose mandibulaire

Elle apparaît dans 2/3 des cas entre 6 mois et 5 ans suivant l'irradiation, mais son incidence est faible (5 à 10%) des cas. Elle est liée à une sclérose post-radique des branches terminales de l'artère dentaire inférieure qui vascularise à elle seule la mandibule, sans réseau de suppléance.

Plusieurs facteurs favorisants ont été identifiés :

  • dose supérieure à 60 Gy dans un volume mandibulaire étendu,
  • caries dentaires,
  • dénudation gingivale liée à une irradiation débutée trop tôt après extraction dentaire, aboutissant à un défaut de cicatrisation,
  • parodontopathie avancée,
  • extractions dentaires compliquées d'une infection alvéolaire et réalisées dans une région mandibulaire irradiée,
  • curiethérapie interstitielle effectuée sans protection plombée, au voisinage de la mandibule.

Cliniquement, elle se manifeste initialement par des douleurs localisées ; les signes de début radiographiques sont en faveur d'une déminéralisation osseuse hétérogène, d'extension progressive. A un stade évolué, les douleurs sont plus intenses, majorées du fait d'une surinfection souvent associée, ainsi qu'un oedème inflammatoire. Une brèche gingivale apparaît, par laquelle s'éliminent des fragments d'os nécrosé.

Radiologiquement, il existe alors un séquestre osseux au sein d'une plage de déminéralisation.

Le traitement, de longue durée, parfois sur plusieurs années, associe antalgiques, anti-inflammatoires, antibiotiques et pour certains l'oxygénothérapie hyperbare. En effet, l'inhalation répétée d'oxygène stimule l'angiogénèse locale, favorisant ainsi la ré-oxygénation tissulaire et donc la cicatrisation. Un geste chirurgical peut s'avérer nécessaire pour éliminer un fragment osseux nécrosé.

Autres ostéoradionécroses

D'autres localisations ont été observées :

    • ostéoradionécrose costale après irradiation mammaire (techniques anciennes),
    • ostéoradionécrose de la hanche (sous forme de coxarthrose destructrice rapide, difficile à reconstruire par une prothèse de hanche).
Compteur français