Du fait de la difficulté technique à bien isoler les deux sphincters vésicaux de la femme, il est le plus souvent nécessaire, après cystectomie radicale, de préparer une dérivation externe des urines, sous forme d'une vessie iléale. EM. Bricker a été un des promoteurs de la technique qui porte son nom.

Le schéma suivant indique le mode opératoire.

Le segment iléal est pris très près de l'abouchement dans le sigmoïde, en raison de son calibre et de la moindre réabsorption des électrolytes de l'urine à ce niveau (l'intestin a pour fonction première l'absorption alimentaire !).

Le schéma montre le montage terminé. Les urines sont draînées vers le segment iléal, ce qui va autoriser une seule poche de stomie (à la différence des urétérostomies bilatérales qui ne sont réalisées que chez des sujets très âgés et en mauvais état général, et pour lesquels le temps opératoire doit être raccourci).

L'adjonction d'un segment iléal explique la présence très fréquente de mucus dans les urines (en provenance des cellules iléales), la quasi constance d'une bactériurie (non significative en l'absence de fièvre et de polynucléaires altérés), et les problèmes de réabsorption électrolytique nécessitant que le malade prenne une diète hydrique particulière (boissons abondantes, jus d'airelle -apport de K+, et 1/2 litre de Vichy Célestins - apport de bicarbonates).

(Schémas dus à l'obligeance de Mme Yolande Guyot, infirmière stomathérapeute du CFB).