BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 10 January 2011
Cancer du testicule
Il existe de nombreuses classifications pour les cancers du testicule. La plus usuelle est celle décrite ci-dessous, en rapport avec l'Association Américaine d'Urologie.

Importance de l'histologie testiculaire

La première distinction concerne le type histologique : on peut distinguer les tumeurs séminomateuses des tumeurs non séminomateuses, elles-mêmes constituées de plusieurs types histologiques qui souvent s'associent.

Tumeurs séminomateuses Tumeurs non séminomateuses
 
Aspects macroscopiques
Séminome Choriocarcinome Tératocarcinome Dysembryome
 
Aspects microscopiques
Vue histologique Vue histologique Vue histologique Vue histologique
Séminome Choriocarcinome Tumeur vitelline Dysembryome
 

Les images suivantes sont disponibles :

Stade 1 Stade 2 Stade 3
T1, T2, T3, T4 Stade 2a, Stade 2b, Stade 2c Stade 3

Formes localisées : le T et le stade 1

Cependant, le stade I peut être subdivisé selon l'atteinte du testicule et des organes adjacents. Cette classification est faite après la castration unilatérale (plus joliment appelée orchidectomie unilatérale).

T

Description

T0

pas de lésions constatée cliniquement ou à l'échographie
T1 Tumeur limitée au testicule et à l'épididyme sans invasion lymphatique ou vasculaire ; atteinte possible de l'albuginée mais pas de la vaginale
T2 Tumeur limitée au testicule et à l'épididyme avec invasion lymphatique et/ou vasculaire et/ou extension possible au de là de l'albuginée avec atteinte de la vaginale
T3 Tumeur envahissant le cordon spermatique avec ou sans envahissement lymphatique ou vasculaire
T4 Tumeur envahissant le scrotum avec ou sans envahissement lymphatique ou vasculaire.

Il n'est pas sûr que cette distinction recouvre toujours des pronostics différents, car en fait selon l'importance de l'atteinte locale, s'ajoutent de façon plus ou moins importantes des lésions ganglionnaires ou métastatiques.

Formes diffuses  : les stades II et III

En outre, dans les stades II et III, on a décrit des formes de bon pronostic, de pronostic intermédiaire ou de mauvais pronostic.

Une de ces classifications, souvent utilisée dans les essais thérapeutiques, est celle de Villejuif, basée sur les marqueurs.

Stade

Description

Stade I Atteinte limitée au testicule
Pas d’atteinte des ganglions rétropéritonéaux
T1-T4 cf. ci-dessus
Stade II Atteinte des ganglions rétropéritonéaux
A

Ganglion(s) de moins de 2 cm de diamètre

B Ganglion(s) de 2 à 5 cm de diamètre
C Ganglion(s) de plus de 5 cm de diamètre
Stade III Atteinte des ganglions sus-diaphragmatiques
Métastases extra-ganglionnaires
(poumons, foie, cerveau, os)

Critères de gravité des formes diffuses (stades III)

Plusieurs classifications ont été utilisées pour définir la gravité des formes diffuses des cancers testiculaires. La classification de l'Université de l'Indiana est basée sur plusieurs milliers de cas.

Bon pronostic Atteinte isolée des marqueurs (AFP ou HCG) après dissection lymphatique
Ganglion sus-claviculaire avec ou sans ganglions retro-péritonéaux
Maladie rétro-péritonéale non dissécable mais non palpable
Métastases pulmonaires peu nombreuses (< 5 par champ) ou < 2cm
Pronostic moyen Masse abdominale palpable (ou > 10cm au scanner), sans lésion sus-diaphragmatique
Métastases pulmonaires en nombre modéré (5 à 10 par champ), dont la plus grande fait moins de 3cm, ou une seule de grande taille, ou une atteinte médiastinale de moins de 50% du diamètre thoracique
Pronostic réservé Multiples métastases pulmonaires ou de grande taille
Atteinte majeur du médiastin
Masse abdominale palpable et métastases pulmonaires
Atteinte hépatique, osseuse, ou du système nerveux central

Cette classification est complexe.

On lui préfère en France celle proposée par J.P. Droz à l'Institut Gustave Roussy, basée sur les marqueurs tumoraux.

On peut calculer le risque de mise en rémission complète selon une formule mathématique, dont l'abaque ci-dessous permet de déterminer facilement le pronostic.

Catégorie S

Cette classification a été reprise dans la classification de l'OMS.

La subdivision en stades est basée sur la présence et le degré d'élévation du taux sérique des marqueurs tumoraux.

Le taux des marqueurs sera déterminé immédiatement après l'orchidectomie, et, s'il est élevé, une série de prélèvements sera faite suivant la demi-vie normale de l'AFP ( demi-vie de 7 jours) et de la HCG (demi-vie de 3 jours) pour surveiller cette élévation.

La classification S est basée sur le nadir de la HCG, de l'AFP après l'orchidectomie. Le taux sérique de LDH (mais pas son taux de demi-vie) a une valeur pronostique chez les patients avec maladie métastatique et il est pris en compte dans la classification. N (dans le tableau ci-dessous indique la valeur normale pour le laboratoire).

  LDH HCG ( mUI/ml) AFP (ng/ml)
S0
N
< 3
< 3
S1 < 1.5 x N < 5.000 < 1.000
S2 1.5 x à 10 x N 5.000 à 50.000 1.000 à 10.000
S3 > 10 x N > 50.000 > 10.000

Résultats thérapeutiques

Il faut distinguer les tumeurs séminomateuses des tumeurs non séminomateuses.

Tumeurs non séminomateuses

Classification
Survie à 5 ans
Stade 1

100%

Stades 2a et 2b 95 - 100 %
Stade 2c 70 - 90 %
Stade 3 : bon pronostic 70%
Stade 3 : pronostic intermédiaire 30 - 50 %
Stade 3 : mauvais pronostic
< 30%
Récidive après chimiothérapie 20%

 

Tumeurs séminomateuses

Classification
Survie à 5 ans
Stade 1

95%

Stades 2a et 2b 95 %
Stade 2c 85 %
Stade 3 30 - 50 %
Récidive après radiothérapie 70%

On remarquera la différence énorme de survie en cas de récidive : la plupart des séminomes ont un traitement adjuvant par radiothérapie, mais il s'agit d'une tumeur très sensible à la chimiothérapie et qui peut être rattrapée assez facilement par des traitements standards.

Un autre site intéressant est constitué par le site du réseau lorrain Oncolor qui décrit la classification des cancers du testicule.

Un site très intéressant pour l'aspect macroscopique et microscopique des pièces d'orchidectomie est Webpath de l'Université de Floride.

Compteur français