BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 29 November 2011

Recherche de nouveaux facteurs de pronostic

La classification TNM constitue le meilleur standard actuel pour la détermination du pronostic des patients atteints d'un cancer recto-colique. Les taux de survie à 5 ans les plus souvent retrouvés sont résumés sur le tableau ci-dessous (cf. la classification du cancer colique) issus de la publication de J.B. O'Connell et Coll.

AJCC -5ème Survie à 5 ans AJCC- 6ème Survie à 5 ans
I 93% I 93.2%
II 83% IIa 84.7%
IIb 72.2%
T3 60% IIIa 83.4%
IIIb 64.1%
IIIc 44.3%
T4 8% IV 8.1%

La pratique systématique de la chimiothérapie adjuvante dans les stades III entraîne des taux de survie supérieure dans les stades IIIa par rapport aux stades IIb. Le choix de la chimiothérapie adjuvante dans les stades II doit donc être optimisé.

Recherche de marqueurs géniques

Dans le même esprit que pour le Mammaprint, des chercheurs européens (R. Salazar et coll) ont évalué l'expression d'à près 34.000 gènes en déterminant leur rôle pronostique éventuel, avec la survie sans récidive à 5 ans. Ils ont isolé ainsi 18 gènes indépendants permettant de différencier des patients à bon pronostic, pronostic intermédiaire et mauvais pronostic. Certains gènes sont connus pour avoir un rôle dans l'invasion tumorale ou le contrôle de la division cellulaire ; certains gènes n'ont pas de rôle connu !

Ils ont ensuite validé leur test avec une nouvelle série de patients. En particulier, pour les malades de stade II, ils peuvent déterminer deux groupes de pronostics différents.

Intérêt de la classification des cancers coliques à partir de l'expression de 18 gènes sélectionnés. Pour les stades II, on voit qu'on pourrait probablement arriver à sélectionner un sous groupe de patients pour lesquels une chimiothérapie doit être entreprise (25-35% de rechutes dans les 5 ans). D'après la publication de R. Salazar.

D'autres études ont été menées sur le sujet : l'étude présentée ici a, pour l'instant, surtout un intérêt de démonstration. Citons les études de A.Barrier et coll, F. Bertucci, Y. Wang ou L.Yu-Hsin

Certains auteurs, comme E.M. Webber, soulignent le caractère préliminaire des résultats obtenus, même si certains tests sont maintenant commercialisés, notamment aux Etats-Unis.

Ces tests semblent assez indépendants du test MSI qui s'intéressent à l'instabilité microsatellitaire.

Dans le cancer du colon, on sait qu'une chimiothérapie adjuvante améliore le pronostic pour les stades III. Pour les stades II, on est à la recherche de critères permettant d'identifier les patients porteurs d'un moins bon pronostic, pour lesquels la chimiothérapie pourrait être proposée.

Compteur français