Epanchement pleural


Un épanchement pleural de moyenne abondance se caractérise par une opacité pleurale de densité hydrique, basi-hémithoracique, effaçant la coupole diaphragmatique, à limite supérieure concave, remontant dans l'aisselle : c'est la courbe de Damoiseau.

Un épanchement pleural de petite abondance se traduit simplement par une effacement d'un cul de sac pleural.

Un épanchement de grande abondance obscurcit tout un champ pulmonaire.

Un épanchement enkysté s'observe après de nombreuses ponctions.

Schéma de l'image voisine
Image empruntée au site de l'Université de Rennes 1

On observe des épanchements pleuraux :

Le plus souvent, la ponction pleurale permet de mettre en évidence des cellules néoplasiques dans le liquide (citrin ou le plus souvent séro-hématique), et d'affirmer ainsi la nature maligne (métastatique ou non) de l'épanchement.

Accès au cours de cancérologie si vous accédez directement à cette page