BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

Dernière modification effectuée
le 1 January 1970

Contre indications

Il n'y a pas de contrindications spécifiques à cet examen, à l'exception de la grossesse et de l'allaitement. De telles situations sont assez rares en cancérologie et nécessiteraient une discussion éthique qui va bien au-delà de l'utilisation du Pet-Scan (notamment l'usage de la chimiothérapie ou de la radiothérapie).

Le diabète n'est pas une contrindication mais doit être pris en compte pour l'interprétation des images.

Précautions particulières

Aucune précaution particulière ne doit être prise à l'exception de l'élimination du radio-isotope, via la diurèse, mais la radioactivité excrétée est peu importante compte tenu de la demi-vie de l'isotope.

Irradiation du malade

L'irradiation du malade est très faible : pendant un examen corps entier chez l'adulte, la dose injectée est de 10 à15 mCi, soit de 370 à 555 MBq.

Autres pages sur le Pet-Scan

Disponibilité en France

La France a été très lente à s'équiper en PetScan, mais le plan cancer 2003 a indiqué que cette machine doit être installée pour environ 800.000 habitants (soit 75 appareillages). Il convient aussi d'avoir le nombre de cyclotrons nécessaires pour fournir en FDG ces installations médicales.

AMM en France

L'AMM en France est encore assez limitée, encore que des ajustements ont eu lieu récemment.

Diagnostic primaire

  • Caractérisation d’un nodule pulmonaire isolé
  • Caractérisation d’une masse pancréatique
  • Détection d’un cancer primitif d’origine inconnue, révélé par exemple par une adénopathie cervicale, une métastase hépatique ou osseuse

Classification des tumeurs

  • Bilan d’extension initial des lymphomes hodgkiniens et non-hodgkiniens,
  • Bilan des cancers du poumon,
  • Bilan des cancers des voies aérodigestives supérieures y compris pour orienter les prélèvements biopsiques ,
  • Cancer du sein localement avancé,
  • Cancer de l’œsophage,
  • Cancer du pancréas,
  • Cancer colorectal, en particulier restadification : bilan d'opérabilité
  • Mélanome malin lorsque l’indice de Breslow > 1,5 mm ou s’il existe des métastases ganglionnaires lors du diagnostic initial,

Suivi thérapeutique précoce et recherche de maladies résiduelles

  • Lymphomes hodgkiniens et non-hodgkiniens,
  • Cancer des voies aérodigestives supérieures.

Recherche de récidives et métastases

  • Cancers colorectaux, notamment pour les récidives locales,
  • Cancer du poumon non à petites cellules,
  • Gliome malin de haut grade (III ou IV),
  • Cancer des voies aérodigestives supérieures,
  • Cancer (non médullaire) de la thyroïde,en cas résultats négatifs à la scintigraphie du corps entier à l'iode-131,
  • Cancer du sein,
  • Cancer de l’ovaire,
  • Mélanome malin

Bien qu'il y ait des indications 'officielles' (en France), quand une autre indication paraît appropriée, et notamment après discussion et décision par une équipe multidisciplinaire, l'examen peut cependant être pratiqué.

Il est intéressant de noter que la commission britannique NICE (National Institute for Clinical Excellence), souvent critiquée pour la sévérité de ses jugements, retrouve les mêmes indications générales dans un rapport publié en 2005 et prévoit les développements futurs. Cette commission recommande que chaque patient puisse avoir accès rapidement à un Pet-Scan, et estime le nombre actuel à 800 Pet-Scan, par an et par million d'habitants. La commission retrouve les mêmes besoins que ceux exprimés par le plan Cancer.

Aspects financiers

De même que pour chaque dépenses de santé, les aspects financiers doivent être pris en compte : l'argent dépensé dans une indication ne pouvant être dépensé ailleurs ensuite !

Un examen standard avec du 18FDG coûte aux alentours 1.000 € (chiffres 2009). La dose de 18FDG coûte environ 500 €. Il s'agit ainsi d'un examen coûteux dont les indications doivent être posées avec précision.

La dose decoûte environ 400 €. L'installation (machine, ordinateur, logiciels) coûte entre 900.000 € et 2.100.000 €, selon les caractéristiques de la machine. Cependant, les prix ont tendance à baisser compte tenu de la concurrence entre les différentes firmes.

De fait, les médecins doivent étudier avec précision le rôle du PetScan dans le diagnostic.

Pour confirmer ces indications, des études randomisées de grande échelle doivent être entreprises.