Histogenèse des lésions mammaires


Nous empruntons au Pr Claude Colin cette description de l'histogenèse des lésions mammaires.

Les étudiants pressés peuvent aller directement à la page suivante qui traite de la mammographie, mais ils perdront des explications intéressantes pour bien comprendre le développement des cancers du sein.

Pathologie des lobules - Lésions bénignes

L'adénose résulte de la prolifération des cellules épithéliales et myoépithéliales avec multiplication du nombre des alvéoles. 

L'adénose sclérosante résulte surtout de la prolifération des cellules myoépithéliales ; après un stade floride, survient un stade fibrosant rétractile. 

Le fibro-adénome (FA) se caractérise par le développement du tissu palléal. Selon que le revêtement épithélial prolifère ou non, on distingue les deux variétés péricanaliculaire (conservation des lumières) et intracanaliculaire (disparition des lumières). En fait, les deux variétés coexistent fréquemment dans une même tumeur mais l'anatomopathologiste décrit généralement la variété dominante. 

Lorsque la prolifération conjonctive devient exubérante et que les fibroblastes s'orientent perpendiculairement à l'axe des bourgeons intracanaliculaires (comme dans les nervures d'une feuille), on parle de tumeur phyllode

Les modifications fibrokystiques (MFK) associent au moins deux des cinq lésions élémentaires suivantes :

On distingue habituellement la mastodynie associant fibrose et microkystes; la dysplasie complexe (maladie de Schimmelbusch) comprenant nécessairement l'hyperplasie simple ou parfois atypique et la cicatrice radiaire (radial scar ou centre prolifératif d'Aschoff) formée d'un centre riche en fibres élastiques entouré de microkystes et de foyers d'adénose sclérosante.

Pathologie des lobules - Lésions malignes

Les cancers lobulaires sont peu fréquents (5% à 10%). Ils sont de découverte fortuite au stade in situ et constituent alors plutôt un marqueur de risque qu'un véritable cancer potentiel. Ils peuvent se développer à l'intérieur d'un nodule de dysplasie complexe voire d'un fibro-adénome, particulièrement après 35 ans. 

Au stade invasif, leur traduction est variable et ils sont parfois multifocaux (réunion de plusieurs foyers dans un seul quadrant du sein), multicentriques (deux ou plusieurs centres dans des quadrants différents) et bilatéraux. 

Les exceptionnels sarcomes sont le plus souvent une complication des tumeurs phyllodes récidivantes avec apparition de cellules fusiformes à noyaux irréguliers.

Pathologie des lobes - Lésions bénignes

Le kyste macroscopique (mastopathie kystique, maladie de Reclus) résulte de la sécrétion et de la croissance des canaux de 3ème et/ou de 2ème ordre et de tout le système canalaire en amont. 

La gynécomastie est constituée d'une prolifération essentiellement canalaire et conjonctive.

Pathologie des lobes - Lésions malignes

Les adénocarcinomes qui naissent à la jonction des canaux terminaux et du lobule, sont les plus fréquents (70 à 80%). La plupart ne sont décelables qu'à leur stade invasif.

Il existe deux grandes variétés : les cancers encéphaloïdes-circonscrits (mous et riches en cellules sous la forme d'une opacité arrondie) et les cancers squirrheux-spiculés (durs et riches en fibres collagènes sous la forme d'une opacité étoilée). Il y a aussi des formes multifocales et plus rarement, multicentriques. 

On a l'habitude de les classer en 3 grades histo-pronostiques de malignité croissante après analyse des 3 paramètres suivants :

Un total de 3 à 5 donne le grade I, de 6 à 7 le grade II et de 8 à 9 le grade III (classification de Scarff, Bloom et Richardson).

Les cancers canalaires in situ (10 à 20%) à petites cellules ( prolifération épithéliale massive, cribriforme ou papillaire) ont une croissance continue à l'intérieur des lobes. Ils sont souvent multifocaux mais rarement multicentriques. La variété à grandes cellules (comédocarcinome) a tendance à envahir plusieurs lobes jusqu'aux canaux collecteurs (émission d'un écoulement provoqué, épais, pluricanalaire, nécrotique et riche en cellules malignes monstrueuses).

Pathologie des canaux collecteurs - Lésions bénignes

Le principales pathologies observées sont :

Pathologie des canaux collecteurs - Lésions malignes

Les cancers peu fréquents sont représentés par

Pathologie des enveloppes - Lésions bénignes

Les principales lésions bénignes observées sont

Pathologie des enveloppes - Lésions malignes

Les tumeurs malignes sont peu fréquentes.

Accès au cours de cancérologie si vous accédez directement à cette page