La mammographie


C'est un des temps majeurs de la consultation de  sénologie : on n'oubliera pas cependant tout l'intérêt de l'examen clinique.

La mammographie est réalisée à l'aide d'un appareil spécialement conçu, le sénographe comportant une source de rayons X adaptée à la radiologie des tissus mous et un système de compression du sein.. La patiente se présente debout et le manipulateur étale la glande sur une plaque porte film . Puis, il actionne la pédale de compression automatique assurant le mouvement d'un compresseur en plastic qui vient comprimer modérément mais fermement la glande à la limite de l'inconfort sans jamais être douloureux. Lorsque l'examen est réalisé après une explication rassurante, la patiente ne craint pas la nécessité d'une éventuelle autre mammographie de dépistage. 

Un cliché (image radiologique) est tiré selon les deux projections spatiales de face, c'est-à-dire que la source de rayons X est située à la perpendiculaire au-dessus du sein (incidence cranio-caudale), et de trois quart, en oblique (latérale oblique).

Dans certaines circonstances, des clichés sont également réalisés de profil, (source située à l'horizontale), pour préciser la situation d'une opacité retrouvée sur le seul cliché en oblique et non sur l'incidence cranio-caudale, à la fois dans le sens latéral (externe ou interne) et vertical (supérieur ou inférieur) pour faire la distinction entre une localisation supéro-interne et une localisation inféro-externe. 

On utilise encore des clichés centrés tangentiels pour confirmer la présence de calcifications ou un épaississement ou une rétraction de la peau et des clichés d'agrandissement (avec une compression adaptée) pour examiner les détails d'un foyer de microcalcifications ou déjouer l'aspect d'une image construite.

Incidence verticale (cranio-caudale)
Incidence latérale-oblique
Incidence latérale

Si besoin est (notamment pour les seins très denses) un examen échographique est pratiqué en balayant latéralement de haut en bas et autour du mamelon, une sonde barrette émettrice-réceptrice (temps réel) au contact de la peau (préalablement enduite d'un gel incolore et qui ne tache pas). Les tissus sous-jacents sont analysés par projection sur l'écran d'une image que l'on peut reproduire sur papier (pour raison médico-légale).

Nous nous sommes inspirés de deux sites très intéressants :

La visite de ces deux sites est une source d'enrichissement

Nous les remercions vivement d'avoir accepté de nous permettre de nous servir de leur iconographie.

Les pages suivantes traitent les points suivants :

Anatomie du sein,

Histogénèse des lésions mammaires,

L'interprétation des mammographies,

Les densités asymétriques,

Les masses,

Les masses régulières (quelques mammographies),

Les masses à limites irrégulières (nombreuses mammographies),

Les masses irrégulières (nombreuses mammographies),

Les calcifications mammaires (la classification de Le Gall),

Les calcifications d'allure bénigne (nombreuses mammographies),

Les calcifications d'allure maligne (nombreuses mammographies),

L'interprétation des clichés mammographiques (la classification ACR),

La ponction des lésions mammaires (nombreuses images de la procédure du mammotome).

 
Accès au cours de cancérologie si vous accédez directement à cette page