L'endoscopie œsophagienne


L'endoscopie œsophagienne constitue la base du diagnostic du cancer de l'œsophage. Ce n'est pas seulement l'aspect macroscopique qui permet d'affirmer le diagnostic, mais bien sûr la biopsie qui est effectuée secondairement à l'endoscopie.

Grâce aux fibres optiques, c'est un examen qui est en général très bien toléré (sauf dysphagies très sévères), ne demandant pas d'anesthésie générale, dans la plupart des cas. La seule préparation du malade est le fait de rester à jeun, et éventuellement de recevoir un sédatif léger.

On peut voir ci-dessous trois images de cancers typiques de l'œsophage :

cancer épidermoïde obstruant totalement l'œsophage

autre cancer épidermoïde,

cancer de la jonction œso-gastrique (adénocarcinome de Barrett).

Un développement important nouveau de l'endocopie œsophagienne a été la réalisation d'écho-endoscopies, c'est-à-dire la possibilité d'étudier la profondeur de l'infiltration tumorale, avec repérage possible des ganglions juxta-tumoraux, ce qui peut permettre d'accepter ou de refuser une indication chirurgicale.

De nombreuses images peuvent être consultées sur le site du VHJOE (Virtual Human Journal of Endoscopy) et le projet Dave.

Enfin, un autre aspect est la possibilité de mettre en place des endo-prothèses ou stent (cf. chapitre soins palliatifs), notamment en cas de risque de fistule œso-trachéale ou de fistule constituée, ce qui limite la toux très invalidante à chaque déglutition et les infections pulmonaires .

Accès au cours de cancérologie si vous accédez directement à cette page