Echographie prostatique


L'échographie prostatique peut être pratiquée soit par voie sus-pubienne, soit par l'utilisation d'une sonde intra-rectale.

Cette seconde façon de procéder permet d'obtenir des images plus nettes avec notamment des zones hypodenses assez typiques d'un cancer. Elle a l'avantage de permettre des biopsies trans-rectales pouvant être pratiquées avec une légère anesthésie locale.

Le cancer prend naissance le plus fréquemment de la zone périphérique (70%), plus rarement dans la zone de transition (20%), et dans les zones centrales (10%). Le plus souvent, les cancers sont visibles et forment des masses hypoéchogènes (70%), bien que 10 à 20% des cancers sont iso-échogènes (10-20%) parfois détectés en Doppler couleur (vascularisation). Ils sont, très rarement, hyperéchogènes.

L'extension de tumeur à la capsule peut entraîner un bombement irrégulier de la capsule. On peut parfois identifier des ganglions péri-prostatiques voire une invasion des tissus environnants.

Les vésicules séminales sont normalement des structures remplies de liquide. On peut suspecter un envahissement tumoral en cas d'asymétrie entre les deux vésicules. Avec l'infiltration tumorale, leur structure change et devient solide.

En moyenne, si une préparation préalable a bien été pratiquée (petit lavement et administration préventive d'antibiotiques), au minimum 6 biopsies sont prises en quadrant, mais parfois jusqu'à 12 biopsies peuvent être pratiquées.

 
Echographie prostatique
Image empruntée au site de l'université de Hong-Kong
 
 

Image empruntée au site MedicalEcho du Dr M.Goubaa (Djerba - Tunisie)
Vue saggitale montrant une masse prostatique
avec atteinte de la vésicule séminale gauche

 
 
Image empruntée au site MedicalEcho du Dr M.Goubaa (Djerba - Tunisie)
Vue frontale montrant une masse prostatique
 
 

Image empruntée au site MedicalEcho du Dr M.Goubaa (Djerba - Tunisie)
Vue para-saggitale gauche

 
Accès au cours de cancérologie si vous accédez directement à cette page