Cancers du sein familiaux

Cancers du sein et de l’ovaire

Soupçonné dès le siècle dernier (famille de Broca), le caractère héréditaire de certains cancers du sein se manifeste par une transmission autosomique dominante, mais une pénétrance incompète de 4 à 10%.

Il faut distinguer cancer du sein à caractère héréditaire et les familles à cancers du sein. 

    • Les cancers du sein à caractère héréditaire sont en rapport avec une mutation génétique connue ou suspectée, à forte pénétrance. 
    • Les familles à cancer du sein sont des familles, souvent nombreuses, où l'on retrouve plus de cancers que normalement, mais où on ne retrouve pas les critères stricts des cancers héréditaires : en général, le cancer survient plus tardivement et ne touche pas autant de membres de la famille que les cancers héréditaires. Pour ces cancers, on évoque soit des facteurs environnementaux communs aux différents membres de la famille (alimentation, statut socio-économique, exposition hormonale, âge à la première grossesse, âge prolongé des femmes de cette famille), soit une conjonction de risques héréditaires encore non connus et mineurs.

Les cancers familiaux précoces (ou héréditaires)

Dans certaines formes familiales, le cancer du sein représente la tumeur prédominante voire exclusive, avec des atteintes volontiers bilatérales et pré ménopausiques voire à des ages très jeunes. On peut en rapprocher certaines formes familiales de cancers du sein de l'homme.

Dans d'autres formes familiales, on voit se développer différentes tumeurs : cancers du sein, des ovaires, de l'utérus. L'association cancer du sein et cancer de l'ovaire est bien démontrée, pouvant survenir chez la même personne.

L'analyse de liaison génétique a pour but de localiser le ou les gènes prédisposant à l'affection et d'évaluer les risques pour les apparentés d'un sujet atteint. On étudie dans les généalogies la co ségrégation de la maladie et de marqueurs génétiques précisément localisés.

En analysant ainsi une série de familles américaines, on a mis en évidence sur le bras long du chromosome 17 (dans la région 17q12-q21) le gène BRCA-1 pour les cancers à développement précoce. Pour les cancers tardifs, la liaison paraît moins nette.

Un deuxième gène BRCA-2 est impliqué dans un nombre important de formes familiales héréditaires.

Dans les syndromes sein ovaire, la même anomalie est retrouvée.

Risque de cancers chez les femmes porteuses de ces anomalies génétiques

Les mutations des gènes BRCA augmentent les risques de cancers de la manière importante. Antoniou et al ont calculé les risques cumulés de développer un cancer du sein pour une femme porteuse de mutations des gènes.

Risque d'avoir un cancer du sein Gène BRCA-1 Gène BRCA-2
Avant 40 ans 18% 7%
Avant 50 ans 34% 30%
Avant 60 ans 43% 42%
Avant 70 ans 52% 47%

Ces mêmes auteurs ont également calculé les risques cumulés de développer un cancer de l'ovaire pour les femmes porteuses d'une mutation des gènes BRCA1 ou BRCA2.

Risque d'avoir un cancer de l'ovaire Gène BRCA-1 Gène BRCA-2
Avant 40 ans 4% 3%
Avant 50 ans 10% 4%
Avant 60 ans 18% 9%
Avant 70 ans 22% 18%

Syndrome de Lynch II

Ce syndrome familiale associe des tumeurs coliques, gastriques, de l'endomètre, de l'ovaire, des reins, et du sein.

Le syndrome de Muir-Torre est une variante de ce syndrome de Lynch II (cf. page précédente sur les tumeurs coliques), avec l'observation d'une instabilité micro-satellitaire, et des atteintes des gènes de réparation de l'ADN : MSH2, MLH1 et MLH2.

Syndrome de Li-Fraumeni

Le syndrome de Li-Fraumeni Ce syndrome associe les cancers du sein, des sarcomes, mais également des hémopathies malignes, des tumeurs cérébrales et des corticosurrénalomes. Les lésions peuvent se dévoiler aussi bien à l'âge adulte que pendant l'enfance.

Dans ce syndrome, des mutations germinales du gène de la protéine p53, localisées sur le bras court du chromosome 17 ont été mis en évidences (technique de la PCR ou polymerase chain reaction). De nombreuses mutations ont été décrites, mais il ne semble pas exister de corrélation entre le phénotype, la forme clinique et un profil particulier de mutation.

Syndrome de Cowden

Il s'agit d'une maladie rare où l'on retrouve des lésions bénignes cutanées multiples (papillomes), buccales, et d'autres viscères. On retrouve souvent de nombreuses tumeurs bénignes (goitres thyroïdiens, fibro-adénomes gastro-intestinaux, léiomyomes utérins, lipomes, fibro-adénomes mammaires).

On observe aussi de fréquents hamartomes.

20% des femmes présentent un adénocarcinome mammaire d'apparition précoce et bilatérale.

Il existe aussi un risque accru de cancers thyroïdiens (On considère généralement qu'il existe une mutation du gène PTEN).

Conséquence du rôle de l'hérédité dans le cancer du sein

Environ 20-30% des patientes atteintes d'un cancer du sein ont des antécédents familiaux de cancer du sein. Mais il peut s'agir de regroupements non induits par un gène héréditaire connu.

Seule l'étude précise de la transmission des gènes permet de préciser le rôle de l'hérédité (telle que nous la connaissons actuellement) et d'en déduire des attitudes thérapeutiques préventives (cf. plus loin).

On se rappellera, en outre, que toutes les femmes porteuses d'une anomalie du trait BRCA1 ou BRCA2 ne font pas un cancer du sein ou des ovaires (d'où les précautions dans le domaine de la médecine prédictive).

Compteur français