Là encore j'emprunte à des sites spécialisés qui méritent une visite et notamment au site suisse Stop-Tabac.

Parmi les attitudes à adopter

- féliciter les ex-fumeurs pour leur réussite,

- positiver leur succès en leur rappelant les avantages obtenus pour leur santé,

- les prévenir du risque de rechute en la dédramatisant,

- leur enseigner les techniques de savoir faire pour éviter les rechutes.

Quatre priorités sont à respecter : 

- rester motivé pour ne plus fumer (reprendre les arguments qui ont motivé l'arrêt),

- éviter à tout prix de reprendre une cigarette (la seconde cigarette est encore plus difficile à éviter que la première !),

- réfléchir sur les circonstances des rechutes précédentes,

- préparer un plan d'urgence pour le cas où le fumeur se mettrait à reprendre quelques cigarettes.

Il faut donc repérer les situations à risque

- la compagnie des fumeurs (surtout des amis : préparer et répéter à l'avance un scénario de défense),

- la prise d'alcool (éviter la prise exagérée qui fait perdre le contrôle de la volonté),

- le besoin urgent de fumer (répéter les moyens de défense qui ont réussi lors du sevrage),

- le bon repas, le café (utiliser les moyens de changer le goût),

- les situations de stress (étudier ces situations et chercher un moyen de relaxation pour vaincre son anxiété sans la cigarette),

- une prise de poids (ne pas s'inquiéter, le sport, la diminution modérée des aliments permettent de retrouver le poids antérieur avec en plus la forme physique),

- la réaction de dépression habituelle lors de la cessation du tabagisme (importance de l'entourage et de son soutien).

Le but est de positiver le bienfait de l'arrêt du tabagisme.

Nos amis suisses vont même jusqu'à conseiller de dépenser l'argent économisé sur les paquets de cigarettes par des petits cadeaux que l'on s'offre à soi-même !

La rechute

Enfin, ce site présente aussi une fiche pour le cas de la rechute. 

Là encore il s'agit de positiver parce que le fumeur a pu réussir jusque là et que 70%  à 80% des 'vrais' fumeurs rechutent au moins une fois. 

En moyenne, les ex fumeurs ont fait 4 tentatives sérieuses avant de parvenir à cesser de fumer pour de bon. Il est donc normal de devoir s'y reprendre à plusieurs fois.

Il convient de vaincre le sentiment de découragement et d'étudier les circonstances de rechute : le savoir faire n'est pas suffisant et demande un entraînement supplémentaire

En particulier, l'étude des situations à risques (celles où on reprend une cigarette 'machinalement', sans y penser) doit être refaite. Elle permet de voir l'utilité de préparer des scénarios de réponses ('Non merci, je me suis libéré de l'esclavage du tabac') et de manœuvres d'évitement (boire un verre d'eau, mâcher un chewing-gum, se laver les dents, faire quelques pas, respirer un grand coup, etc..). Tous ces moyens ont pu paraître puérils  lors de la première tentative : s'ils sont recommandés par les professionnels du sevrage, c'est qu'ils sont utiles compte tenu du psychisme habituel du fumeur qui s'arrête.

De même, l'étude, l'approfondissement et l'expression orale voire écrite des motivations profondes de l'arrêt du tabagisme permettent de se rappeler ces motivations au moment où le risque de rechute est important. La méthode Coué, les techniques de relaxation n'ont pas été inventées pour rien.

Dans tous les cas, il convient pour le médecin de transmettre un message positif : le succès est au bout des efforts, et ce succès conditionne une vie meilleure.

Compteur français