BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

En cours de révision
le 30/07/2017
Chronologie des métastases

Chronologie des métastases

Certains cancers sont très peu développés localement et métastasent très rapidement. A l'inverse, d'autres peuvent survenir des années après la guérison apparente du cancer d'origine.

De ce fait, pour le clinicien, on peut distinguer :

Métastases révélatrices 

de 10 à 15% des cancers sont révélés par des métastases d'emblée ; la localisation des métastases évoquant souvent la localisation du cancer d'origine, (cf. Tableau ci-dessous)

Métastases synchrones

découvertes soit en raison de symptômes cliniques, soit à l'occasion du bilan d'extension systématique,

Métastases tardives

après des délais en mois ou années. Les métastases deviennent de plus en plus rares au fur et à mesure que le temps passe (sauf pour les cancers du sein et du rein). Une métastase tardive peut être unique et bien réagir à un traitement local.

La chronologie des métastases a une grande importance pour leur traitement.

  • Un cancer révélé par une métastase ou ayant d'emblée des métastases a peu de chance de guérison, dans l'état actuel de nos possibilités thérapeutiques (quelques rares exceptions où la chimiothérapie est très active, comme les choriocarcinomes placentaires, les tumeurs séminomateuses et dysgerminales du testicule ou de l'ovaire). La connaissance du primitif permet de mettre en place des thérapeutiques palliatives parfois très efficaces (hormonothérapie d'un cancer du sein, de la prostate ou de la thyroïde), permettant des rémissions cliniques prolongées, avec une bonne qualité de vie. Le traitement local de la métastase (radiothérapie notamment) est souvent très bénéfique pour le malade dans l'immédiat. Dans les cas où aucune thérapeutique simple n'est vraiment efficace, c'est le dialogue entre le médecin et son malade qui doit permettre de porter l'indication d'un éventuel traitement autre que symptomatique.

  • La survenue d'une métastase unique, longtemps après le traitement de la tumeur primitive, laisse espérer, lorsqu'il existe une solution thérapeutique locale, que l'on pourra obtenir une rémission clinique prolongée offrant une bonne qualité de vie au patient. De même, pour un certain nombre de tumeurs, on pourra tenter une nouvelle chimiothérapie ou hormonothérapie avec une chance importante de rémission clinique assez prolongée. 

Il n'en reste pas moins, que sauf rares exceptions, il s'agit toujours d'un traitement palliatif et que la qualité de vie du malade doit rentrer en ligne de compte dans la décision thérapeutique.

Métastases révélatrices

On peut, en cas de métastase révélatrice, compte tenu de ce qui a été décrit précédemment, élaborer un tableau de recherche de la tumeur primitive, en fonction du siège de la métastase.

Métastase révélatrice

Tumeurs primitives

Foie

Poumon

Os

Cerveau
Tumeur digestive, sein, ovaire, poumon

Sein, tumeur digestive, bronche, testicule, sarcome

Sein, prostate, rein, thyroïde, bronche

Bronche, Sein, tube digestif

La recherche de ce cancer primitif a surtout de l'intérêt lorsqu'on peut mettre en route une thérapeutique efficace permettant d'obtenir une rémission clinique de qualité (chimiothérapie efficace, hormonothérapie surtout pour les cancers du sein, de la prostate, traitement par radiothérapie métabolique d'un cancer thyroïdien). En dehors des cas de ces tumeurs sensibles, le problème est surtout celui de la révélation de la vérité, du dialogue médecin-malade (cf. aspects psychologiques).

Le traitement local de la métastase est indispensable lorsqu'il est possible puisque celle-ci est révélatrice (et a priori symptomatique) : irradiation d'une métastase osseuse ou cérébrale. Il est souvent très efficace notamment en ce qui concerne la douleur, évitant le recours systématique aux thérapeutiques sédatives générales plus agressives.

Compteur français